Élevage

Un verrat “No odeur” chez Nucleus

La société Nucleus a commercialisé 90 684 reproducteurs (produits en France) en 2016, dont 6 549 à l’export (Europe, Asie, Afrique). Des partenariats ont été trouvés avec de nouveaux distributeurs au Portugal, en Espagne, en Italie et au Vietnam (en cours). L’élevage sous air filtré, en Chine, de 1 500 truies, assure une présence permanente, en complément des ventes à partir de France (un lot de 1 000 reproducteurs part en juillet prochain). Des essais sont en cours aux Pays-Bas, en Belgique et au Canada : le verrat piétrain Nucleus est comparé, en élevages, à ses concurrents. Retour d’expérience en fin 2017…

Cette dernière année a été marquée par l’augmentation de 20 % du budget recherche et innovation, notamment l’investissement dans le programme collectif de sélection génomique Landrace, dans la gestion des lignées (augmentation des effectifs truies en races Landrace et Piétrain) et dans les stations de collecte d’informations sur l’indice de consommation. L’organisme de sélection investit également dans la recherche sur le verrat terminal sans odeur sexuelle (Piétrain et Large White x Piétrain). Une méthode de prédiction du risque d’odeur pour des verrats de 150 jours à partir d’une prise de sang a été validée.

L’objectif est d’éliminer les candidats présentant un risque élevé (le caractère est jugé fortement héréditaire). Les travaux sur l’autonomie des truies autour de la mise bas se poursuivent. En élevages de sélection, les inductions sont inférieures à 5 %. 80 % des truies n’ont aucune injection systématique d’hormones pour faciliter la parturition. Aucun porcelet n’est conservé dans les portées où la mère a montré des signes d’agressivité vis- à-vis de ses porcelets (2 % sur le dernier cycle).

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer