Cultures

Un climat humide autour de la floraison favorise les fusarioses

Les précipitations récentes favorisent les différentes espèces de fusariose des épis et la protection fongicide est peu efficace.

Les fusarioses des épis provoquent une nécrose précoce d’un ou plusieurs épillets suivis le plus souvent d’un échaudage de l’épi, et certaines espèces sont capables de produire des mycotoxines (DON), dont la teneur dans le grain est réglementée. Un climat humide à partir de l’épiaison et pendant la floraison favorise leur développement. Le risque d’apparition des fusarioses sur les épis de blé résulte d’une combinaison de trois facteurs : une forte humidité ou des épisodes pluvieux autour du stade floraison, 40 mm de pluies à cette période, augmente considérablement le risque. La présence sur le sol de résidus de culture contaminés est un autre facteur, ainsi que la sensibilité des variétés.

Des fongicides peu efficaces Les traitements fongicides sont un ultime recours mais sont loin d’être totalement efficaces : les protections fongicides atteignent dans le meilleur des cas 60 à 70 % d’efficacité. Ils doivent impérativement être réalisés préventivement. Si des symptômes sont visibles, il est trop tard. Le stade de la céréale le plus sensible est le stade floraison. La présence de pollens favorise la contamination pour les Fusariums. Le risque climatique devient très élevé dès que le nombre de jour de pluie supérieure à 1 mm dépasse 4 j ou que la somme des pluies augmente.

Parmi les substances actives les plus efficaces, le prothioconazole est la seule à présenter une grande polyvalence sur les principales espèces du complexe des fusarioses. Elle est proposée sous le nom commercial de Prosaro (ou Piano), Kestrel (ou Onnel) ou Fandango S (Foster).

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer