Élevage

L’enjeu du croisement des données d’élevage

« À l’heure du Big Data, la concentration est illusoire alors que le croisement des données est source de valeur ajoutée », notent les responsables d’Eilyps. Le système d’information de l’entreprise a été refondu pour rendre les échanges possibles.

En assemblée générale le 8 juin à Saint-Gilles, l’entreprise de contrôle de performance et conseil aux éleveurs a présenté son nouveau système d’information (SI), désormais « en mesure de valoriser toutes les sources de données et d’apporter à l’éleveur un conseil personnalisé et efficace. Une donnée brute n’a pas de valeur. C’est agrégée et interprétée qu’elle en prend », souligne Pierrick Cotto, président d’Eilyps.

Une plate-forme collaborative

Après 4 ans de chantier informatique, « nous sommes aujourd’hui techniquement prêts pour nous ouvrir aux autres partenaires des élevages. » L’enjeu est que les éleveurs puissent décider de rendre leurs données accessibles, sur une plate-forme, aux entreprises qu’ils auront désignées. Laiteries, centre de gestion, vétérinaire, contrôle de performance, robots… « Toutes les données que l’éleveur a chez lui doivent pouvoir être utilisées », note Hubert Deléon, directeur d’Eilyps.

« Contrairement à ce que l’on pense, l’agriculture disposait déjà de beaucoup de données plutôt structurées. Mais, cela s’amplifie avec les objets connectés, la robotisation », précise Michel Pivard, président de Fiea (France informatique élevage et agriculture), le réseau des Arsoe (Adventiel sur notre zone Ouest). « Sur mon exploitation laitière par exemple, j’ai cinq systèmes d’information : contrôle de performance, robot Lely, Boviclic (réglementation bovins), Infolabo et un logiciel « parcelles ». Mon objectif est aujourd’hui d’éviter les resaisies, de faire circuler l’information entre les interlocuteurs et d’échanger avec les acteurs à qui j’ai donné l’autorisation », explique l’éleveur.

Contractualiser ses données

Mais avant de pouvoir échanger les données, il faut aujourd’hui se poser la question de leur propriété et de leur valeur. Selon l’avocate spécialisée Sarah Lenoir, aucun cadre légal n’existe actuellement sur les données. « C’est pourquoi les éleveurs doivent se protéger par contractualisation, définir un cadre d’exploitation des données, même gratuites, avec ceux avec qui ils travaillent. » Il pourra par exemple y être écrit : « Je suis d’accord pour que votre entreprise utilise ce type de données gratuitement, mais vous pourrez en faire ceci ou cela… » Les éleveurs doivent notamment reprendre la main sur leurs données de robots de traite, lire les contrats, en expertiser les clauses.

Un accompagnement personnalisé
Au 2e semestre 2017, Eilyps adopte une nouvelle offre d’accompagnement, davantage personnalisée. « Le nombre de visites du conseiller sera désormais modulable. Les échanges téléphoniques et le e-conseil vont être renforcés. Les éleveurs vont pouvoir choisir une offre sur-mesure en fonction du travail et des gains potentiels chiffrés en amont », explique Jocelyne Dansay, directrice adjointe. « Tous les conseillers vont par ailleurs être formés à la méthode Signes de vaches. »

Les gagnants du Challenge Eilyps

Cette année, 559 éleveurs laitiers et 172 éleveurs en bovins viande ont participé au Challenge Eilyps. En lait, différents critères économiques (marge brute, EBE), techniques (lait/jour de vie) et qualité (comptage cellules, pénalités) sont pris en compte. C’est l’EARL Guy et Isabelle Avril (Langan) et leur conseiller Sylvain Charlet qui ont remporté le premier prix en race Prim’Holstein, l’EARL Briot Gougeon, de Romillé, avec Jérôme Trubert en Normande, l’élevage Guérin, de Saint-Brice-en-Coglès, avec Mickaël Barbier en Montbéliarde et le Gaec les Açores, de Melesse, avec Marcel Vallée en race mixte. Ce dernier a aussi obtenu le prix en « grands troupeaux » avec le Gaec La Millais (Melesse).

challenge Eilyps

Dans la catégorie « Robot de traite », Cédric Bouvet, de Plélan-le-Grand et sa conseillère Sophie Géant se placent en tête. En bio, Vincent Couvert (Montfort-sur-Meu) et Fabrice Ferré décrochent le 1er prix. Dans la catégorie Viande, les 4 critères de classement sont : la productivité, l’âge au vêlage, l’IVV et l’IVmat (index valeur maternelle). Le 1er prix est remporté par le Lepa professionnel de Saint-Aubin-du-Cormier et son conseiller Patrick Leport, situés juste derrière les gagnants 2015 et 2016 qui ne peuvent concourir pendant deux ans.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer