L’allaitement artificiel des ovins pénalise la croissance précoce

Les performances d’agneaux en allaitement artificiel rationné et distribué deux fois par jour au seau ont été comparés à ceux sous la mère. Les résultats pourraient être différents avec une distribution à la louve. - Illustration L’allaitement artificiel des ovins pénalise la croissance précoce
Les performances d’agneaux en allaitement artificiel rationné et distribué deux fois par jour au seau ont été comparés à ceux sous la mère. Les résultats pourraient être différents avec une distribution à la louve.

Dans les troupeaux ovins allaitants, l’allaitement artificiel avec du lait reconstitué est fréquemment utilisé pour sauver des animaux surnuméraires, en particulier pour les races prolifiques. Dans ce système d’élevage, différentes études ont montré que les agneaux, ne bénéficiant plus de la présence d’adultes pour favoriser l’installation de leur flore digestive, présentent souvent une mortalité plus importante. L’Inra, quant à lui, a récemment évalué l’impact de cette pratique sur les performances, les réponses immunitaires et comportementales d’agneaux en race romane. L’étude a suivi des animaux de la naissance jusqu’à l’âge de 5 mois. Les résultats ont été présentés en décembre, lors des journées 3R, à Paris, en décembre 2016. Trois lots ont été comparés, avec un sevrage à 45 jours : agneau unique sous la mère, agneau au lait commercial reconstitué à partir de 3 jours d’âge, agneau nourri au lait de brebis lacaune. Les agneaux nourris à l’aliment d’allaitement ont une croissance précoce plus faible et plus hétérogène au bout de 3 semaines, par rapport aux lots maternés. Mais la différence disparaît au fil du temps, le poids final étant équivalent aux trois lots. Ces animaux apparaissent néanmoins plus actifs en case après le paillage et moins craintifs vis-à-vis de l’homme à ce stade de 21 jours. Effet qui s’estompe dans le temps. Le lot présente des arrière-trains plus sales que les agneaux nourris au lait de brebis, sans pour autant être infectés par des pathogènes intestinaux, analysés dans les fèces….

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article