CulturesIlle-et-Vilaine

Du soja local pour l’alimentation humaine ?

Des essais de culture de soja, de variétés 000, les plus précoces pour la région Bretagne, ont été menés en Ille-et-Vilaine.

Terres Inovia a réalisé des tests de soja sur deux parcelles d’une surface de 3 ha environ chacune, dans deux exploitations du département, à Argentré-du-Plessis et Amanlis, en partenariat avec la coopérative Le Gouessant. Objectif : voir si des variétés peuvent être cultivées localement et correspondre au cahier des charges de l’alimentation humaine Sojasun de la société Triballat, basée à Noyal-sur-Vilaine. Une action identique avait été menée il y a quelques années. Les lots avaient alors été refusés pour manque de dureté des graines (posant alors problème dans la chaîne industrielle de transformation de la graine).

Un rendement de 20 q satisfaisant

Les rendements ont atteint 20 q, à 11 % d’humidité pour la récolte 2016, un résultat satisfaisant malgré la présence de 2,3 graines par gousse en moyenne seulement. « Avec 28 mm de pluie, entre la floraison et la récolte, relevés sur la station de Rennes, de nombreuses gousses et graines ont avorté », rapporte Nina Rabourdin, ingénieur régional à Terres Inovia. Avec 40 % de taux de protéines (en % de MS), les valeurs correspondent juste aux valeurs limites du cahier des charges. Mais, de nouveau, la dureté des graines a posé problème.

Des graines trop molles

Des analyses physiques et qualitatives ont été menées sur les deux variétés cultivées sur le secteur de la gamme de précocité 000 (les plus précoces adaptées au secteur Bretagne), comparées à une variété témoin plus précoce 00, sans problématique de dureté de graine, cultivée sur le secteur Poitou-Charentes (trop tardif pour le secteur Bretagne), pour essayer d’expliquer ces graines trop molles. Ces tests ont montré que les lots des deux variétés 000 présentent une plus grande hétérogénéité de dureté, des teneurs en protéines plus faibles avec des taux de matières grasses et des teneurs en amidon plus élevés.

« La première hypothèse serait que ces deux données associées pourraient expliquer un effet plastifiant conférant ce caractère « mou » la graine. À cela s’est peut-être rajouté l’effet limitant de l’azote ; le soja capitalisant alors sur des valeurs énergétiques (notamment amidon) plutôt que protéiques. Phénomène peut-être à mettre en relation avec un faible développement des nodosités dans les parcelles d’essai ». Des essais seront reconduits avec de nouveaux lots qui viendront confirmer ou infirmer ces premières hypothèses.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer