DécouvertesIlle-et-Vilaine

Des chevaux bien dans leurs sabots

Le centre Fénicat à Bruz (35) offre aux adeptes d’équitation une rencontre privilégiée avec les chevaux et la nature. Ici, les équidés vivent le plus souvent en groupes et à l’extérieur.

C’est en 1978 que Lucien et Suzanne Mauguin ont fondé le centre équestre de Fénicat, à 15 minutes au sud de Rennes : le premier poney-club / école d’équitation de Bretagne. Au fil du temps, la ferme abandonnée a été réhabilitée et les terres en friche sont devenues un somptueux écrin verdoyant pour les activités du centre.

De gauche à droite et de haut en bas : Angélique Mongermont, animatrice, Lucien Mauguin, Olivier Sartre, Suzanne Mauguin, Magali Le Floc’h, monitrice, et Isabelle Sartre.
De gauche à droite et de haut en bas : Angélique Mongermont, animatrice, Lucien Mauguin, Olivier Sartre, Suzanne Mauguin, Magali Le Floc’h, monitrice, et Isabelle Sartre.

8 000 arbres et arbustes replantés

Le site d’une soixantaine d’hectares, parsemé de prairies, landes, bois et cours d’eau, offre un cadre idéal pour les promenades en cheval. « Nous avons replanté 8 000 arbres et arbustes et des chemins ont été aménagés. Depuis notre arrivée, nous n’avons jamais utilisé de produits phytosanitaires », souligne Lucien Mauguin. Dans ces milieux naturels, dans les étangs et mares, la biodiversité est riche, avec de nombreuses espèces d’oiseaux d’eau, de canards, de faune sauvage, une flore particulière…

Shetland, Selle français, Trait breton, et bien d’autres races… « Nous hébergeons environ 80 poneys et chevaux, de tailles et âges variés, pour qu’ils puissent convenir aux différents amateurs d’équitation qui viennent à Fénicat », précise Isabelle Sartre, associée sur la structure avec ses parents Lucien et Suzanne, et son mari Olivier. Le bien-être des chevaux prime, avec une éthique tenant compte de leurs besoins physiologiques. « Nous avons un rôle d’éducation par rapport à notre public, constitué majoritairement d’enfants. »

Depuis une dizaine d’années, l’espace a été aménagé pour mettre en place une « écurie active », se rapprochant du mode de vie à l’état naturel. « Les chevaux sont nomades, pouvant parcourir 20 km par jour. Ils sont sociaux, et ont besoin de manger et ruminer 15 heures par jour. Aujourd’hui, nos chevaux vivent le plus souvent en troupeau sur les prairies du domaine. Ils « travaillent » environ 5 % de leur temps et sinon, sont libres de leurs mouvements », détaille Olivier Sartre. « Nous avons moins de problèmes de santé sur le troupeau depuis que les animaux vivent à l’extérieur. »

Depuis quelques années, les fers ne sont plus utilisés, laissant la place à la méthode des « pieds nus » développée par le vétérinaire Hiltrud Strasser. « Et les vieux poneys et chevaux connaissent une retraite paisible dans le centre ou chez des gens qui les accueillent et en prennent soin », note Lucien Mauguin.

Un large panel d’activités

Côté équipements équestres, le centre dispose d’installations de qualité : deux manèges, quatre carrières, un parcours de cross, un parc d’obstacles… « 40 % de notre chiffre d’affaires est réalisé via l’accueil de colonies avec une centaine d’enfants hébergés annuellement. Le poney-club / école d’équitation compte pour 30 % du chiffre d’affaires, avec 400 personnes venant régulièrement sur le domaine », chiffre Olivier Sartre.

Le centre accueille aussi des scolaires, pour des animations en lien avec les poneys ou l’environnement, propose une formation professionnelle (voir ci-contre) et de la location de salles et gîtes (à Fénicat et sur un autre site à quelques kilomètres). Un vaste panel d’activités qui permet aux quatre associés d’employer six salariés. Les fondations du manoir de Fénicat remontent au XVe siècle, mais le site était déjà occupé à l’époque gallo-romaine. Avec ses moellons de schistes, de calcaire, ses briques, ses murs en pisé, l’ensemble architectural est un bel exemple du bâti traditionnel du pays rennais.

Romane Leroy (à gauche) et Fanny Besson, deux élèves de la formation Bapaat délivrée à Fénicat.
Romane Leroy (à gauche) et Fanny Besson, deux élèves de la formation Bapaat délivrée à Fénicat.
Première formation équestre par apprentissage
Le centre Fénicat Équitation est actuellement le seul en Bretagne à proposer un diplôme d’équitation en formation par apprentissage. Pour pouvoir continuer à bénéficier de financements sur cette formation de niveau 5, les responsables ont dû évoluer vers l’apprentissage, en se rattachant au CFA (Centre de formation d’apprentis) du sport de Dinard. Le Bapaat (Brevet d’aptitude professionnelle d’assistant animateur technicien) se passe sur un an, avec 637 h en centre de formation et 970 h en entreprise équestre (ou autre avec de l’animation).

« La première promotion en apprentissage a débuté en septembre 2017 avec 12 jeunes filles. Le lundi et le mardi se passent au centre avec des cours sur la connaissance du cheval, l’environnement, l’animation… puis les apprenties vont en entreprise », détaille Olivier Sartre. « Cette formation nous apprend à gérer un groupe d’enfants en contact avec les chevaux, à nous adapter aux différents publics, pour pouvoir ensuite animer des groupes », explique Fanny Besson, une des participantes. « Nous apprenons à partager notre savoir-faire, notre passion du cheval… C’est aussi une passerelle vers des diplômes donnant accès à davantage de responsabilités », conclut Romane Leroy, autre élève.

Contact : Fénicat Équitation – Chemin rural de Fénicat, 35170 Bruz / Tel : 02 99 41 16 30 / Email : fenicat@free.fr

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer