Élevage

De 2 à 7 kg de colostrum par truie

Une truie produit, en moyenne, 3,5 kg de colostrum dans les 24 heures après le début de la mise bas, avec des écarts très importants dans un même élevage, de 2 à 7 kg.

Même génétique, même alimentation, même rang de portée, et pourtant des écarts énormes de production. Les jeunes truies (rangs 1 – 2 – 3) produisent plus de colostrum. Le teneur en immunoglobulines varie également selon les truies. « En général, plus les porcelets tètent, plus la mère produit du lait. Ce n’est pas le cas pour le colostrum », indique Hélène Quesnel, de l’Inra. Plus il y a de porcelets sous une truie, moins ils ont de colostrum à se partager. « Un porcelet consomme, en moyenne, 350 g dans les 24 premières heures après le début de la mise bas. Il pourrait en consommer jusqu’à 700 gr, soit la moitié de leur poids ». Les schémas de sélection ne mesurent pas ce critère – volume de production de colostrum – pour des raisons pratiques (difficulté à évaluer précisément en élevage de sélection).

Pas d’aliment allaitante avant la mise bas

Quels sont les facteurs qui régulent la production de colostrum et la teneur en immunoglobulines ? La qualité de l’alimentation en dernière semaine avant la mise bas semble essentielle. Il conviendrait de donner un aliment de transition entre les aliments gestante et allaitante, avec plus de fibres. « Les essais réalisés avec des aliments enrichis en fibres en dernière semaine de gestation (de 5 % habituellement à 7,5 %) permettent d’obtenir un colostrum plus riche en lipides, donc en énergie. Nous avons également constaté une moindre mortalité dans les premières heures ». Pas toujours évident de donner cet aliment transition. Hélène Quesnel en convient. « L’essentiel est de ne pas donner d’aliment allaitante, pauvre en fibres, en maternité, dans la semaine avant mise bas ». Concernant la teneur en immunoglobulines, certains facteurs sont plus ou moins connus. « Nous savons que les pré ou probiotiques stimulent le système immunitaire ». On le voit, les facteurs intervenant sur la quantité et la qualité du colostrum sont encore peu connus. Les recherches se poursuivent.

Repères
  • Un porcelet a peu de réserves lipidiques à la naissance (énergie).
  • Il naît sans anticorps.
  • Seul le colostrum apporte les immunoglobulines IgG.
  • Les IgG traversent la barrière intestinale et migrent dans le sang.
  • Les IgA, présents dans le colostrum puis dans le lait, protègent le tube digestif.
  • La truie produit du colostrum pendant 24 heures après le début de la mise-bas.
  • Le colostrum contient un facteur de croissance pour tous les organes.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer