ÉlevageProductions Agricoles

Porc : l’IC sous contrôle, dans la plus grande station européenne

Le cochon du futur devra valoriser au mieux les céréales. La station de contrôle individuel de l’indice de consommation (IC) de Gene+, qui souffle sa 1re bougie, teste 6 000 verrats dans l’année.
Guillaume Naveau, Responsable marketing Gene+
Guillaume Naveau, Responsable marketing
Gene+

« C’est la plus grande station de ce genre en Europe », assure Guillaume Naveau, responsable marketing chez Gene+, évoquant le tout nouvel élevage inauguré l’an dernier, près de Tours (37). La station 3 étoiles regroupe la crème de la génétique développée par l’organisme de sélection. 6 000 verrassons, des 6 lignées pures – Large White, Landrace, Piétrain, Duroc, Taizumu (sino-européenne) et Musclor (piétrain NN dépourvu des gènes de sensibilité au stress) sont élevés chaque année de 8 kg à la fin de l’engraissement dans des cases collectives équipées d’un Dac (distributeur automatique d’aliment), couplé à un système de pesée automatisée.

À chaque prise d’aliment, les verrats sont pesés. Objectif : détecter, dans chaque lignée, les animaux les plus aptes à transformer de l’aliment en muscle. « Les meilleurs atteignent aujourd’hui 1,8 d’indice de consommation. Même les lignées femelles présentent des individus à moins de 2 d’indice ».

5 % utilisés en sélection

Ces champions sont dirigés, sous réserve d’avoir de bons aplombs, une épaisseur de lard adéquate et un nombre suffisant de tétines (pour les lignées femelles), vers les centres d’insémination (CIA) ou vers les élevages. Les verrats Duroc doivent, en plus, montrer patte noire, du moins les onglons, pour la filière espagnole de porcs ibériques Pata Negra. Sur les 6 000 porcelets entrés dans l’année, 5 %, l’élite, seront utilisés dans les élevages de sélection. Tous les animaux sont génotypés. L’objectif est de recueillir un maximum de données génétiques à croiser avec les données phénotypiques (performances mesurées). Ces données peuvent servir de base à un travail de sélection génomique.

120 alimentateurs automatisés

Les porcelets arrivent, toutes les 3 semaines, après sevrage, en provenance des 10 élevages de sélection Gene+. Ils passent 6 semaines dans l’une des 2 nurseries de 336 places. Celles-ci sont lavées et désinfectées de la fosse au plafond, entre chaque lot. Cette nurserie est sous air filtré, en sortie, pour éviter toute contamination éventuelle du reste de l’élevage en cas de problème sanitaire détecté (contamination possible pendant le transport, par exemple). La station, en elle-même, n’est pas sous air filtré ; la densité porcine est très faible dans la région.

Les porcelets passent ensuite dans un post-sevrage (PS) de 336 places, réparti en 2 salles. Il n’y a jamais de mélanges d’animaux. Les 11 salles de 168 places en engraissement sont équipées de 120 alimentateurs automatisés (Dac). Les porcs y sont nourris à volonté (multiphase à sec). Une salle de tri permet d’effectuer les contrôles habituels en fin d’engraissement : épaisseur de lard, nombre de tétines… Les animaux sélectionnés sont placés dans des salles de préparation, seuls ou à deux, où ils sont rationnés avant leur départ vers de nouveaux horizons.

Un ring, derrière une large baie vitrée, permet aux acheteurs étrangers d’observer les verrats sélectionnés, deux fois par mois. Le bâtiment est muni  d’une ventilation centralisée et d’un laveur d’air. Une pompe à chaleur prélève des calories dans l’eau du laveur pour chauffer la nurserie et le PS.


55 % des verrats Gene+ qui entrent en CIA sont désormais testés individuellement sur l’indice de consommation. 45 % sont toujours indexés en fonction des résultats de leurs collatéraux (apparentés) en station de contrôle (index Blup).
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer