CulturesEn bref

Cultures d’hiver : estimations des productions au 1er juin

Les productions de colza et d’orges d’hiver diminueraient sous l’effet d’une baisse de rendement. Les surfaces consacrées aux cultures d’hiver s’étendraient. A l’opposé, les surfaces de maïs et de tournesols reculeraient nettement. Les surfaces de pommes de terre et de betteraves industrielles augmenteraient.

Les cultures d’hiver ont bénéficié de bonnes conditions météorologiques au cours de l’hiver. A partir du mois de mars, la fraicheur a freiné le développement des cultures. L’humidité a favorisé l’apparition d’insectes, de maladies et champignons qui pourraient pénaliser les rendements. Les semis de printemps ont eux-aussi été ralentis par les températures fraîches et les précipitations. Les inondations intervenues fin mai-début juin pourraient localement entrainer des dégâts sur les cultures.

Orges d’hiver : légère baisse de la production

La production d’orges d’hiver se replierait de 0,5 % sur un an à cause d’une baisse de rendement. Le rendement baisserait de 4,2 q/ha par rapport au niveau élevé de 2015. La sole augmenterait de 5,5 % sur un an. La production augmenterait de 23 % par rapport à la moyenne 2011-2015, marquée par la destruction par le gel de surfaces importantes en 2012.

Orges de printemps : recul de la sole

La sole d’orges de printemps diminuerait de 4,3 % sur un an et de 17 % par rapport à la moyenne 2011-2015. La part des orges de printemps dans l’ensemble des orges a diminué ces dernières années.

Blé tendre : des surfaces en hausse

La sole de blé tendre augmenterait pour la quatrième année consécutive. Elle atteindrait 5,3 millions d’hectares, en hausse de 1,4 % sur un an et de 4,9 % par rapport à la moyenne 2011-2015.

Blé dur : Poursuite du redressement des surfaces

La sole de blé dur augmenterait cette année de 12 % après une hausse de 13 % en 2015. Néanmoins, la sole de blé dur demeurerait inférieure à la moyenne 2011- 2015.

Maïs: recul des surfaces

La sole de maïs-grain (y compris semences) est estimée à 1,5 million d’hectares, en baisse de 4,6 % sur un an et de 10 % par rapport à la moyenne 2011-2015.
Lors de la dernière campagne, les rendements en maïs ont été faibles à cause de la sécheresse. Les emblavements de maïs-fourrage reculeraient de 2,5 % sur un an. La répartition finale entre grain et fourrage peut évoluer significativement en cours de campagne.

Colza d’hiver : rendement et production en baisse

En 2016, la production de colza d’hiver pourrait reculer de 3,7 %. L’augmentation de la sole de 1,2 % ne compenserait pas la diminution des rendements. Ces derniers diminueraient de 4,9 % par rapport à l’année dernière. Cette année, l’humidité favorise les attaques des insectes, des champignons et des maladies, notamment dans le nord-est de la France.

Protéagineux : maintien de la sole

Les surfaces de protéagineux seraient stables sur un an. Elles augmenteraient de 11 % par rapport à la moyenne 2011-2015. Les surfaces progresseraient en pois protéagineux mais diminueraient en féveroles.

Pommes de terre de conservation et de demi-saison : hausse des surfaces

Les surfaces de pommes de terre de conservation et de demi-saison augmenteraient de 4,1 % sur l’année. Les cours des pommes de terre se sont redressés lors de cette campagne après avoir beaucoup diminué lors de la précédente.

Source : Note de conjoncture Agreste

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer