Economie, marchés et gestion

Du mieux dans le lait… en 2020

Les prix des produits laitiers ne décolleront pas avant 2020, estime Bruxelles dans ses perspectives pour 2025.

Le faible cours du pétrole devrait maintenir le prix des matières premières à des niveaux bas. Les produits agricoles font partie de ces matières premières. En illustrent les difficultés vécues actuellement par l’élevage de plus en plus tributaire des marchés internationaux. Une situation qui conduit Phil Hogan, commissaire européen à l’agriculture, à dire que le commerce international est « le troisième pilier de la Pac. C’est pour cette raison que je mets une telle importance sur son orientation vers le marché ».

320-340 €/ 1 000 L

Malgré les difficultés rencontrées actuellement sur le marché du lait, ce secteur devrait pouvoir se développer dans l’UE dans la prochaine décennie, tiré par la demande mondiale croissante mais également par le marché intérieur. Selon Bruxelles, la production européenne devrait progresser de 15 Mt sur les dix prochaines années soit une hausse annuelle d’environ 1 %. Une augmentation modérée comparativement à la seule année 2014 où la collecte européenne a bondi de 6,5 Mt, soit l’équivalent des sept années précédentes.

Sur le moyen terme, la Commission européenne prévoit que les prix resteront relativement bas (entre 320 et 340 €/1 000 L), notamment à cause des stocks qui pèseront sur les cours. Il faudra attendre 2020 pour voir les prix réellement décoller. Les plus importantes hausses de production sont attendues en Irlande, au Danemark et en Pologne. La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni devraient également voir leur production progresser. Par contre, les Pays-Bas en seront incapables du fait de contraintes environnementales importantes. Les excédents de nitrates et le phosphate seront des facteurs limitants difficiles à résoudre.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer