Productions Agricoles

Ration diversifiée et originale : place aux performances

Jean-François, Adrien et Clément forment l’équipe de l’EARL Blanchard à Carnoët (29). Doté d’un atelier viande, l’élevage mise notamment sur une bonne organisation, des conditions de logement optimales et une alimentation diversifiée pour appuyer les croissances des Jeunes Bovins (JB).

Les performances zootechniques des animaux impactent directement la rentabilité économique de l’atelier viande. Cette notion est bien comprise des éleveurs qui visent le poids optimal pour les JB mais surtout une durée d’engraissement la plus courte possible, afin de répondre aux attentes de la filière et de rentabiliser les animaux. Jean-François Blanchard travaille avec Glen Elléouët, technicien expert en nutrition et bovin Triskalia, qui a intégré, dans la stratégie de rationnement, le système fourrager de l’exploitation et la durée d’engraissement ciblée (280 jours). Dans ce système, cela se traduit par un coût alimentaire de 476 € par JB contre 529 € dans le cadre d’un engraissement classique de 321 jours, soit, au final, une plus-value de 4 250 € pour l’atelier de l’Earl Blanchard.

L’exploitation en bref :

  • EARL Blanchard à Carnoët (29)
  • Jean-François et Clément Blanchard, salarié.
  • Adrien Blanchard, installé en volaille à proximité
  • 150 bovins dont 80 en engraissement (Charolais, Limousin et Blond),
  • 25 mères, 10 génisses de plus de 2 ans, pleines en Blond d’Aquitaine,
  • 34 000 poules reproductrices dans trois bâtiments + coqs (1 pour 10),
  • SAU : 70 ha dont 20 ha de céréales, 10 ha de maïs, 10 ha de haricot et le reste en prairies.

Sécurité sanitaire

Pour obtenir les performances idéales dans le temps imparti, les éleveurs cherchent à sécuriser les aspects sanitaires, en particulier au démarrage : « Nous faisons le nécessaire pour les animaux nés sur l’exploitation. Pour ceux que nous achetons à Triskalia, tout est mis en œuvre avant la livraison. Nous avons confiance ». Limiter le stress et offrir des conditions d’élevage adéquates aux animaux sont aussi des points essentiels aux yeux de l’éleveur: « L’ambiance dans le bâtiment semble convenir aux JB. Nous tâchons de leur réserver de 5 à 7 m² d’aire paillée. Ainsi, ils ne se retrouvent pas à l’étroit et surtout ils ne se concurrencent pas à l’auge. Il y a de la place pour tout le monde » Les éleveurs ne lésinent pas sur la paille qui est étalée 2 fois par semaine. Ils prévoient 1,5 tonne de paille pour 42 bovins. Par ailleurs, ils s’efforcent de travailler en une seule bande, cela leur permet de laver et d’entretenir le bâtiment entre deux lots.

Résultats d’abattage des jeunes bovins sur un an :

Blond d’Aquitaine (27 dont 10 achetés) :

  • Poids de carcasse : 490 kg,
  • Classement moyen : 30 % en U= et 35 % en U+,
  • Durée engraissement : 10,5 mois,
  • GMQ engraissement : 1 700 g/j, et GMQ jour de vie : 1 435 g/j.

Charolais (53, tous achetés) :

  • Poids de carcasse : 455 kg,
  • Classement moyen : 57 %,
  • en U- et 27 % en U=,
  • Durée engraissement : 8,5 mois,
  • GMQ engraissement : 1 650 g/j. et GMQ jour de vie : 1 390 g/j

L’ensilage de maïs, « un carré de chocolat »

Les éleveurs réservent l’ensilage de maïs aux vaches et aux génisses. « Nous distribuons malgré tout un filet de maïs aux JB, uniquement en guise de carré de chocolat » souligne l’éleveur avant de compléter : « Avec Glen, notre technicien, nous avons mis en place une ration diversifiée permettant de couvrir leurs besoins : enrubannage, complémentaire de ration (Bufflo Vivensil), orge aplatie ou encore bovin maïs ». Cet apport, fort en énergie, est équilibré en partie par l’enrubanné (association de graminées et légumineuses) riche en protéines.

L’ambiance dans les bâtiments est très bonne, les animaux sont calmes
L’ambiance dans les bâtiments est très bonne, les animaux sont calmes.

Le Bufflo Vivensil, avec ses matières premières diversifiées permet de varier les sources de protéines et de sécuriser la ration grâce à ses supplémentations (levures, tampons…). Glen Elléouët complète : «Outre l’apport de protéines, nous constatons en élevage que l’enrubanné réduit le risque d’acidose grâce à sa partie “fibre”. De plus, il diversifie la ration, évitant ainsi des périodes de baisse d’ingestion et de croissance. Toutefois, pour que ce produit soit efficace dans la ration, il est indispensable de réaliser, au même titre que le maïs ensilage, une analyse de ses valeurs ».

Résultats d’analyse de l’enrubannage

  • Matière sèche : 51,4 %. Valeur optimale.
  • MAT : 20 %. Très bon résultat. L’enrubanné devient une source de protéine non négligeable dans la ration.
  • UFV :  0,62 / kg MS. Valeur correcte. Compte tenu de la ration des JB, l’énergie n’est pas le facteur limitant. L’objectif est donc d’avoir un produit pourvu en MAT.
  • Cellulose : 27 %. Valeur idéale. Il y a une partie de fibre efficace (structurante) nécessaire à la rumination.

Tous les ingrédients sont donc réunis pour un gain de croissance élevé qui se traduit par une durée d’engraissement très courte. En effet, les animaux achetés restent 8,5 mois en engraissement alors que la moyenne se situe plutôt entre 10 et 11 mois. « À mon sens, l’apport de concentré est indispensable et le réduire n’est absolument pas bénéfique. Au contraire, il dégraderait la durée d’engraissement et la marge de l’atelier » confie Jean-François Blanchard.

À terme et après les aménagements en cours dans le bâtiment, l’EARL Blanchard prévoit de produire 100 JB. « Afin de vérifier les croissances sur certains animaux, nous allons effectuer des pesées, et si nous observons qu’un animal plafonne, nous pourrons prendre plus rapidement la décision de le sortir de l’engraissement ». Jean-François Blanchard, en collaboration avec Adrien et Clément et son technicien, va ainsi poursuivre sa réflexion, afin d’affiner la rentabilité de la phase d’engraissement. Et les idées ne manquent pas ! Carole Perros / Triskalia

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer