Découvertes

Les poulains font la foire

Multiséculaire, ce rendez-vous est probablement le plus grand marché de chevaux en Bretagne. À découvrir.

Dans les Côtes d’Armor, toute la commune de Plaintel se prépare pour son grand rendez-vous annuel, la fameuse Foire aux poulains. Celle-ci rassemble « entre 15 000 et 18 000 personnes », explique avec enthousiasme Pierre Gallais, conseiller municipal, élu délégué à l’organisation. « C’est un rendez-vous multiséculaire, puisque des traces écrites remontent au début du XVIIe siècle, que nous nous efforçons de perpétuer. Aujourd’hui, c’est à la fois le principal événement à Plaintel et très probablement le plus grand marché de chevaux de trait en Bretagne. »

400 équidés de tous crins

La Foire aux poulains a toujours lieu le premier lundi d’octobre. « Historiquement, cela correspondait à la période où les poulains nés en début d’année arrivaient à maturité pour être vendus avant l’hiver. Aujourd’hui, c’est toujours le cas… » Ce qui fait toujours la force du rendez-vous ? « Ce marché reste encore très professionnel, garde un aspect très économique, tout en ayant su garder authenticité et tradition », répond sans hésiter Pierre Gallais. « Tout commence vers 7 h 30… » Le foirail est alors pris d’assaut par des Traits bretons bien sûr, des poulains, des chevaux de selle et des ânes… « Au total, on compte environ 400 équidés de tous crins. Le grand public peut observer les animaux. La manutention peut apparaître spectaculaire. » Il faut tendre l’oreille, écouter le négoce entre les marchands et les acheteurs qui tournent parfois au bras de fer à rebondissements. « Ce sont des échanges parfois très théâtraux dont on ne perçoit pas toujours toutes les subtilités. » Sur le site, il y a beaucoup de marchands. Participant au folklore du jour, leur tenue de circonstance est encore, pour beaucoup, la blouse noire, le bâton et parfois le couvre-chef. Et une fois le cheval vendu, « on lui met le traditionnel coup de ciseau sur la fesse, un signe personnel pour montrer qu’il est vendu… » Sur le foirail, un petit concours de présentation est organisé. « Depuis quelques années, nous distribuons même de petites primes pour encourager les gens à sortir des animaux parfaitement préparés : poils, queues et crinières propres et bien brossés, sabots ferrés et / ou graissés… »

De la morue comme dans le temps

Les plus belles bêtes sont achetées pour l’élevage. Mais beaucoup d’animaux partent aussi pour la viande vers l’Italie. « Dans le temps, ils étaient embarqués directement à la gare de Plaintel et vivaient un périple difficile de plusieurs jours sur les rails. » On ne se posait pas beaucoup de questions sur le bien-être animal… Des chevaux de loisir sont aussi commercialisés. « Mais les particuliers qui rêvent d’un cheval de selle repartent souvent plutôt avec un poney… », sourit l’élu municipal. Si les cours vont bien, pour les chevaux de Traits, à 10 h, les échanges commerciaux sont déjà bien avancés. « Mais le foirail reste toujours plein. » À partir de 11 h, tout le monde commence à circuler pour trouver un bon endroit pour déjeuner. On trouve d’ailleurs encore la traditionnelle morue. « Dans le temps, les marchands partis à pied la veille au soir avaient très faim en arrivant au marché à l’aube. Des femmes faisaient frire de la morue servie en casse-croûte dans du pain. La tradition perdure, mais le produit est parfois préparé de manière plus élaborée, en brandade par exemple. De notre côté, nous apprécions aussi d’offrir un entremets de morue aux membres des délégations que nous accueillons », raconte Pierre Gallais.

Le théâtre du foirail

« Toutes les demi-heures, dans la salle du Conseil municipal transformée en lieu d’expression pour l’occasion, des artistes locaux proposent leurs spectacles. François Budet, Miss-Guinguette, Laurent Chandemerle… sont généralement là tous les ans. Et le public fait la queue pour profiter de leurs prestations. Plus de 800 personnes chaque année sont au rendez-vous. »

La commune travaille et fait la fête

Autour de monde chevalin, s’est greffée, au fil des années, l’enfilade de 350 camelots qui déballent et exposent leurs marchandises, « soit au total, 3 km de stands… » Mais les commerçants de Plaintel ne sont pas en reste : « Beaucoup ouvrent leurs portes ce jour-là. Et ce n’est pas l’activité qui manque. Certains disent même faire leur 13e mois ce lundi-là… » Les écoles, sont fermées, car les cours sont occupées par les associations de parents d’élèves qui proposent également de la restauration. « Et les habitants qui travaillent à l’extérieur s’organisent pour revenir déjeuner au bourg à midi dans l’ambiance de la Foire ou s’arrangent pour finir plus tôt leur journée » et profiter aussi de la fin de la fête… « Car quand il fait beau, elle s’éternise l’après-midi… » Toma Dagorn

Programme :

  • Entrée gratuite.
  • Samedi 3 octobre : Soirée country dès 20 h.
  • Dimanche 4 : Ballade de deux heures en calèche pour une visite guidée et racontée du petit patrimoine. Et à 14 h, bal du Foiretet pour les personnes du 3e âge.
  • Lundi 5 : Foire aux poulains, théâtre du foirail, expositions (trains, coiffes de la région…), dédicace de Loïc Le Guillouzer pour son livre sur les chevaux, Éco-village, fête foraine…
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer