CulturesMachinisme et équipements

Un projet de R&D pour une solution robotisée dans les cultures

Le pôle de compétitivité Végépolys, basé à Angers, a annoncé le 27 juillet le lancement d’un projet de recherche-développement (R&D) sur un robot agricole polyvalent, pouvant servir en maraîchage, arboriculture et aussi grandes cultures. Ce robot devrait être capable d’adapter son centre de gravité, pour travailler en toute production.

Des partenaires issus d’horizons très différents

Le robot, encore à mettre au point et baptisé PumAgri, consiste en « une machine intelligente capable de s’adapter à des conditions difficiles ». Elle sera conçue pour diminuer la pénibilité des tâches agricoles et les quantités d’herbicides. Si le procédé n’est pas encore opérationnel, l’idée est de repérer par un système optique la végétation entre les rangs des cultures, voire entre les pieds des plants, puis de l’arracher par un procédé mécanique. Concernant la pénibilité des tâches au champ, cet outil pourrait aussi suivre les ramasseurs d’artichauts, à leur rythme et porter les légumes collectés.
Les partenaires du projet sont issus d’horizons très différents.

Le porteur du projet est la Sitia, Société d’innovations technologiques et industrielles avancées, basée à Nantes, qui conçoit des machines industrielles pour l’aéronautique, l’automobile, le secteur ferroviaire et le machinisme agricole. Les autres partenaires du consortium sont la Chambre régionale d’agriculture de Bretagne, la coopérative Terrena, basée à Ancenis en Loire-Atlantique, l’Irstea de Clermont-Ferrand, un spécialiste de l’ingénierie avec l’université d’Angers, et de la vision avec la société Visio Nerf, situé dans le Maine-et-Loire. 
Le projet PUMAgri recevra un appui du Fonds unique interministériel (FUI), à hauteur d’1,50 M€, sur un total de 3,50 M€ que coûte le programme.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer