Ille-et-VilaineProductions Agricoles

Une nurserie pour caprins démontable

Pour baisser le taux de mortalité important sur la phase naissance-sevrage, le Gaec Gaorig Vihan a réalisé sur mesure des cases limitant la contamination des animaux entre eux.

« Nous ne voulions plus perdre des chevrettes à forte valeur génétique », explique Serge Letendre, un des associés du Gaec Gaorig Vihan, à Mellé (35), en charge de l’atelier caprin avec Christine Masson. Aussi, l’année dernière, ils ont réfléchi à l’aménagement de l’ancien poulailler sur terre battue qui leur servait de nurserie depuis 10 ans. « Notre nouvelle organisation nous a permis de limiter les mortalités à 3 individus de plus de 8 jours de vie sur les 168 animaux élevés dans la nurserie, alors que certaines années on a eu jusque 30 % de perte… »

Des lots d’animaux homogènes

« L’objectif premier était de limiter les maladies infectieuses qu’on avait du mal à maîtriser, comme la cryptosporidiose », insiste Christine Masson. Le bâtiment a alors été isolé, et équipé d’une ventilation dynamique. « Cet hiver, la température est restée quasi constante vers 19°-20°C », rapporte-telle. De plus, le sol a été bétonné, avec des pentes permettant de recueillir tous les écoulements de jus, et pour un nettoyage facile lors du vide sanitaire. Pour optimiser la désinfection du bâtiment et des équipements, les éleveurs ont conçu un prototype de cases en plastique qui s’emboîtent, sans aucune vis. Les chevrettes, triées par lot de 12 animaux homogènes, dans des cases de 3,50 m par 2,50 m, n’ont ainsi aucun contact avec les animaux des autres cases. Le paillage est effectué tous les jours. Et côté pratique, chaque case a sa porte, facilitant l’accès aux animaux pour l’éleveur. Au sevrage des dernières chevrettes, tout sera démonté et le bâtiment désinfecté : les animaux n’y reviendront qu’en avril prochain, aux prochaines mise-bas, soit dans 8 mois.

1er éleveur inséminateur caprin dans l’Ouest

Même après la conversion de l’élevage en agriculture biologique, Serge Letendre a souhaité maintenir l’usage des inséminations artificielles (IA). Aussi la détection de chaleur naturelle grâce à l’effet bouc en octobre (pour des mises bas groupées d’avril) a remplacé le protocole de synchronisation des chaleurs. Sur les 88 chèvres sélectionnées cette année, 80 IA ont été réalisées. « Il y a beaucoup de fausses chaleurs. Aussi, les IA sur chaleur naturelle reposent essentiellement sur l’observation : 2 h de surveillance par jour, avec au moins 4 passages dans les bâtiments », conseille Christine Masson. Les IA, réalisées par Serge Letendre qui vient d’obtenir son agrément d’éleveur inséminateur par l’organisme de sélection Capgenes, se font surtout sur le 2e cycle. Les résultats sont intéressants, avec 60 % de fertilité en moyenne malgré une baisse de prolificité (-0,5 chevreau/chèvre en moyenne).

50 000 € pour 350 places

L’investissement sur l’exploitation s’évalue à 50 000 € (18 000 € de cases et râteliers, 20 000 € de béton et 12 000 € de ventilation et cloison (pour séparer le bâtiment en deux), pour une nurserie qui permet de recevoir 350 animaux. « Nous avons opté pour un équipement de 28 cases. Nous pourrions aussi à terme, engraisser nos 600 chevreaux pendant 3 semaines. Mais cette année, seules 18 cases ont suffi », anticipent-ils. Après une campagne de test, quelques améliorations seront apportées au prototype, qui sera prochainement commercialisé par France Ovi. Carole David

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer