Productions Agricoles

Trèfle blanc sous couvert, excellent engrais vert pour les légumes

De récents essais menés en culture légumière montrent qu’un couvert de légumineuse pure est la meilleure option pour fournir une grande quantité d’azote aux deux cultures qui suivent. Ils penchent aussi en faveur du trèfle blanc semé sous couvert, plus performant que les Cipan.

La semaine dernière, lors de l’assemblée générale de la station d’expérimentation Terre d’essais à Pleumeur-Gautier (22), Christian Porteneuve est revenu sur l’intérêt « d’inclure des céréales dans les rotations » en culture légumière biologique. « Mais la question est comment repart-on après la moisson ? » Le spécialiste s’est notamment interrogé sur les meilleures options possibles de cultures intermédiaires comme précédents capables de « fertiliser une succession de deux cultures légumières après céréale. » Il est revenu sur les deux stratégies envisageables sur lesquelles il vient de boucler deux campagnes d’essais. « D’une part, semer un engrais vert aussitôt après battage », c’est-à-dire un Cipan ou Culture intermédiaire piège à nitrates. « D’autre part, implanter un trèfle blanc sous couvert de la céréale en place. »

En Cipan, la vesce pure tire son épingle du jeu

« Parmi toutes les formules de Cipan testées –avoine pure, vesce pure ou associations vesce-avoine en diverses proportions- à l’arrivée, c’est la légumineuse implantée pure qui a fourni les meilleures performances comme précédent d’une double-culture enchaînant brocoli de printemps puis chou-fleur d’automne… » L’analyse des résultats (matière sèche à l’hectare, quantité d’azote dans les biomasses aériennes, brocolis produits…) montre en effet « clairement que la légumineuse pure est le couvert qui produit le plus de biomasse. Et la seule capable après retournement, grâce à son rapport C / N plus faible, de fournir suffisamment d’azote par la suite pour assurer un bon rendement en brocolis. » Alors que les expérimentations montrent que dès qu’on associe de l’avoine à la légumineuse, « le C / N augmente et on perd l’effet azote. »
Par ailleurs, les reliquats d’azote mesurés en fin de culture de brocolis étaient faibles. « Et pour le chou-fleur qui suivait, la reminéralisation a été trop limitée : fin octobre, il n’y avait plus d’azote dans le sol. » Plus globalement, il faut retenir que « l’implantation d’un Cipan, même le plus riche en azote, comme engrais vert ne peut suffire pour fertiliser une double-culture derrière. »

Forte minéralisation du trèfle après destruction

Christian Porteneuve a surtout mis en avant les perspectives offertes par un autre essai complémentaire. « L’idée était de s’intéresser à la gestion de la minéralisation d’un trèfle blanc semé sous couvert de céréale. » Une technique « facile à mettre en œuvre, peu coûteuse, qui permet de protéger les sols en hiver, limiter les mauvaises herbes et laisser peu d’azote minéral dans le sol pendant la croissance. » Pour autant, il souligne « la très forte minéralisation qui s’opère après la destruction du trèfle. Un phénomène qu’il convient de gérer. Nous avons par exemple observé qu’elle peut être limitée par un sur-semis d’avoine du Brésil qui offre un petit effet retard par rapport à une association avec une orge d’hiver par exemple. »
En matière d’engrais vert, ces tests ont montré « en comparaison au Cipan un avantage très net du semis sous couvert de trèfle blanc », seule option qui permette de fertiliser correctement une double-culture : « L’effet trèfle détruit très tôt au printemps se stabilise tout au long de la culture de brocolis et le reliquat d’azote peut encore répondre aux besoins d’une production de chou-fleur ensuite. » Des résultats d’essais encourageants « qu’il faut maintenant valider chez les producteurs », conclut Christian Porteneuve. TD

Une piste à creuser en grandes cultures, en conventionnel…

Christian Porteneuve a mené ces essais sur les engrais verts avant double-culture de légumes en bio. « En bio, l’objectif est de rechercher le maximum d’autonomie en matière de fertilisation. Mais les résultats obtenus ouvrent peut-être aussi des perspectives en conventionnel, en grandes cultures… Implanter un trèfle sous couvert des céréales de la rotation est potentiellement une opportunité pour économiser de l’engrais minéral et varier les sources azotées. »

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer