Dossiers

Mieux s’organiser en bovins viande

Surveiller les limousines en voiture

L’organisation du travail est essentiel pour Loïc Lucas. Éleveur de Limousines à Carhaix (29), il trouve des petites solutions qui, mises bouts à bout lui facilitent énormément la tâche.

Maintenir des clôtures électriques en bon état, avec la tension électrique nécessaire au parcage de l’animal n’est pas simple en troupeau de vaches allaitantes, surtout quand l’alimentation est exclusivement composée de pâturage. Pourtant, Loïc Lucas veille sur ses animaux de façon simple grâce à des petites astuces qu’il a mises en place, pour « se simplifier la tâche », aime-t-il décrire.

surveillance-voiture-exploitant
L’exploitant navigue entre les parcelles de la ferme en passant par ces rideaux électrifiés. ” Je surveille mes bêtes au chaud, au sec ! “

« L’exploitation est coupée en deux par un axe routier entre Carhaix et Motreff », décrit l’éleveur. La hantise pour tout agriculteur qui possède un cheptel conséquent. Tous les matins, il vérifie par une ronde en 4 X 4 la bonne tenue des fils. Pour plus de simplicité, il a mis au point des rideaux électrifiés pour entrer et sortir à sa guise des champs. « L’exploitation compte une vingtaine de ces rideaux. J’ai beaucoup de talus boisés en bordure de champ, si bien qu’il arrive que les fils se cassent à cause d’une chute de branche », explique-t-il. Les animaux, habitués à ces visites quotidiennes, ne font plus cas de l’engin qui vient les voir. Ils n’essaient pas de franchir les rideaux : les fils verticaux, insérés tous les 13 maillons, dissuadent de prendre la poudre d’escampette.  « Avec ce système, je ne me demande plus si la clôture est fermée ou non ». Se tranquilliser l’esprit, un bon moyen pour se rendre disponible à d’autres tâches, ou pour réfléchir à d’autres astuces : l’exploitation regorge de produits facilitateurs.

Un smartphone pour bras droit

Pas de grosses technologies poussées ici pour gérer les clôtures. L’éleveur utilise les fonctions de son téléphone pour commander une prise électrique. « L’électrificateur est branché sur cette prise commandée. Quand je dois remettre les fils au champ, il me suffit de couper l’alimentation à distance via mon smartphone. Mieux, je peux visualiser le pourcentage d’isolement de la clôture ». Pour ce faire, l’ingénieux éleveur a placé une caméra qui retransmet l’image du Clos 2006 de chez Lacmé, modèle qui affiche le niveau d’électrification des fils sur un écran à cristaux liquides. En consultant son téléphone, il visualise l’image de cette caméra. Il suffisait d’y penser…

separation-veau-mere
Pour séparer le veau de sa mère lors du bouclage, Loïc tire un fil entre les deux animaux pour travailler en toute sécurité.

Loïc Lucas utilise également des témoins à LED pour vérifier la tension dans la clôture. « Quand je sors de l’exploitation, je sais si la parcelle est électrifiée grâce à ces lumières clignotantes. Placées judicieusement et dans mon champ visuel, je sais instantanément si le courant arrive ou non ».

Des idées plein la tête

D’autres points notables garnissent la ferme, comme les balles rondes de foin aux couleurs de ficelle différentes. « Je suis équipé pour récolter moi-même mon foin. Quand il est de moins bonne qualité, je change de bobine de ficelle sur la presse pour me rappeler l’origine de la botte pendant le stockage, afin de choisir la qualité de foin à la distribution ». La source des idées est loin d’être tarie, car Loïc Lucas regarde de près les drones qui se développent. « Il serait intéressant de surveiller le troupeau avec un drone, pour connaître les montes naturelles du taureau ».

Bouclage éclair

Il est essentiel de boucler les veaux au plus près de leur naissance, sous peine de longues poursuites à travers champ ou l’éleveur pourra juger de la vigueur de son animal. « Pour le bouclage, j’utilise une ceinture qui contient les pinces et les boucles. Je me rapproche de la mère et du veau, et les sépare rapidement par le fil d’un enrouleur de 60 m.

led-boitier
Les LED clignotent en rouge si le courant passe dans le fil. Ces témoins sont placés judicieusement, tournés vers l’éleveur.

Le veau et la mère n’ont pas le temps de comprendre ce qui se passe, les boucles sont déjà en place ». L’opération se faisait avant avec un simple râtelier sans fond que Loïc posait sur le veau, avec une caissette aménagée à l’intérieur si besoin pour le déplacer. « Il faut toujours veiller à sa sécurité, un accident peut vite arriver ». Simplicité, sécurité et travail agréable sont les maîtres-mots de cet élevage
biologique. Fanch Paranthoën

Mots-clés

Peut vous intéresser

Lire aussi...
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer