Côtes d'ArmorProductions Agricoles

100 % de pâturage en pleine pousse de l’herbe

En ce mois de mai, vaches et génisses sont au pâturage plat unique. Les premiers excédents d’herbe ont été ensilés chez Didier et Sylvie Motais, à Loscoët-sur-Meu (22).



Retour chez Didier et Sylvie Motais, où le deuxième tour d’herbe est en train de s’achever : « Il reste une parcelle de 5 ha pour environ une dizaine de jours. Elle va être à un stade critique d’épiaison. » Lors du troisième tour, le stade d’épiaison devrait être passé sur la plupart des parcelles.
« Cette année est particulière, car il y a eu une époque sèche où on a eu peur de manquer d’eau. Il a commencé à pleuvoir fin avril. C’est bénéfique pour la pâture, mais la fauche a été retardée. »
 Au printemps, les vaches disposent de 18 ha de pâturage (26 ares/vache), ce qui est suffisant à cette période de pleine pousse de l’herbe. « Une parcelle de 1,5 ha va être sortie au 3e tour, pour la fauche, elle va être remplacée par une parcelle fauchée, au moment de l’ensilage. »
 11 ha qui viennent d’être ensilés, sont susceptibles d’être intégrés au circuit de pâturage. Pour l’été, les vaches peuvent donc prétendre à environ 28 ha (40 ares/vache).
 Les 36 petites et leurs 10 vaches nourrices disposent de 8 ha (40 ares/UGB), dont 1 ha va être fauché. Les 35 génisses de plus d’un an ont à disposition 15 ha (55 ares/UGB), dont 4,5 ha vont être fauchés.
« La décision de faucher se fait au visuel, par rapport au stade de la pâture. » Elle permet d’absorber les excédents de pousse de l’herbe du printemps. Avec les 15 ha déjà ensilés (dont une parcelle de dérobée avant maïs de 4 ha), le stock d’herbe pour cet hiver est assuré pour les génisses.

Valoriser plus de prairies

14,5 ha de maïs ont été implantés. Avec la signature d’une MAE 18 %, la part de maïs dans la SFP devra être réduite. L’ajustement va se faire également par les céréales : 12,8 ha ont été implantés et l’objectif est de réduire à moins de 10 ha.
Actuellement, la ration est tout herbe, aucun concentré, aucun complément. Les taux se maintiennent (TB 42 et TP 33,5) et le niveau de production est satisfaisant par rapport aux 7,5 mois de lactation : 19,3 kg lait/vache.

 En zone séchante, Didier et Sylvie Motais implantent depuis une dizaine d’années, des semences de prairies mélangées (cf encart technique). Depuis trois ans, ils expérimentent les mélanges suisses (19 ha) qui, selon l’éleveur, permettent d’être plus constants au niveau de la production de lait.

Avec des tours de 30 à 35 jours, les vaches pâturent 4 jours par paddock de 1,5 à 2 ha, en conduite au fil avant. Après chaque passage des vaches, les parcelles sont tondues pour éliminer les refus. « L’idéal aurait été de les faire pâturer 2 à 3 jours sur chaque paddock, mais le découpage des parcelles en longueur ne le permet pas. » Cela conduit à un surpâturage à l’entrée et un sous-pâturage en fond de paddock. En ce moment, les vaches sont sur une parcelle où le trèfle commence déjà à repousser à l’entrée. « Elles risquent de revenir brouter sur le bas de la parcelle et de moins exploiter le fond. » Pour remédier à cela, il faudrait redessiner le parcellaire, refaire des chemins et des accès à l’eau. Un projet à mener par Clément et Thibaut, le cadet et le benjamin de la famille qui projettent de s’installer sur la ferme.
 Cedapa, 02 96 74 75 50

L’avis de :

Michel Nédélec, Plonévez-Porzay (29)

Le mois de mai n’a pas été aussi profitable à la pousse de l’herbe qu’en avril (temps pluvieux et froid). Du coup, je n’ai pas encore fermé le silo de maïs. Même si les 43 vaches en production terminent le 2e tour de pâturage, elles reçoivent en complément 4 kg MS de maïs, 2 kg de mélange fermier et un peu de foin. Le niveau de production se maintient à 25 kg/ VL (TB 42 et TP 32). Les nouvelles prairies multi espèces implantées l’année dernière tardent à donner, d’autant plus qu’elles ont subi une attaque de limaces. Ce n’est pas simple de gérer une pousse d’herbe irrégulière, mais les prévisions (en qualité et en quantité) rendent optimiste. Civam 29 : 02 98 81 43 94

Laurent Barbot, Ploërdut (56)

La pousse a explosé depuis début mai. Il n’y a plus de maïs dans la ration depuis plus d’un mois et la production se maintient à 22 kg/VL/j. Les 55 vaches en production passent 4 jours/paddock de fétuque/TB. Sur les parcelles de fauche, je prévois 24 ha de foin et 8 ha d’enrubannage, pour lequel il me faut 4 jours de beau et je n’ai pas encore trouvé le créneau. Je n’ai pas fait d’ensilage, car il me reste plus de maïs que d’habitude. Selon la pousse, j’aurai aussi des pâtures à débrayer. Je suis en pleine période de vêlages, car toutes mes génisses et une dizaine de vaches mettent bas au printemps, en phase avec la pousse de l’herbe. Civam AD 56 : 07 85 26 03 02

Vincent Couvert, Montfort-sur-Meu (35)

Les vaches sont aujourd’hui à 100 % au pâturage. Je donne un peu de foin les jours pluvieux et froids. La production est de 24 kg/VL/j avec un rang moyen de 6,1 et les TP/TB à 32,8/41,6. La pleine pousse bat son plein. J’ai débrayé 6,5 ha en avril, fauchés au 9 mai : j’ai obtenu 3,8 t MS/ha avec un fourrage très tendre. Les prairies semées à l’automne viennent d’être fauchées. J’y ai récolté 3,5 t MS/ha d’excellent fourrage. J’attends la chaleur qui devrait relancer la pousse d’herbe. Le troisième cycle a été entamé la semaine dernière et l’herbe est très feuillue et riche en protéines. Si besoin, je pourrai faire pâturer début juin les 6,5 ha fauchés début mai. Adage 35 : 02 99 77 09 56

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer