Economie, marchés et gestionÉlevage

Le bien-être animal pour un «être sensible»

Le 30 octobre, l’Assemblée nationale a adopté l’alignement du statut de l’animal dans le Code civil sur celui du Code rural, qui le définit comme un « être sensible ».

La FNSEA estime que, dans sa rédaction, ce texte présente un « risque juridique gérable ». Le risque, aujourd’hui, avec la notion d’être sensible, est de voir un nombre croissant de recours juridiques à l’encontre des éleveurs de la part de voisins.

Un bovin qui meugle est-il synonyme d’un animal qui souffre ? Déjà, bon nombre d’exemples montrent, selon la FNSEA, que la pression sur les éleveurs s’intensifie. Pendant ce temps, le sujet du bien-être animal est un « must » médiatique sur les radios et télévisions. « En presse radio et TV nous sommes exclus de ces débats », regrette Xavier Beulin, président de la FNSEA, qui note « un déséquilibre évident dans la manière dont on rend compte de ces sujets ». La sensibilité à la question des modes d’élevage est comme un écho aux tendances anti-viandes d’une fraction faible de la population, mais de quelques leaders d’opinion. Aussi, Xavier Beulin, a annoncé que le syndicat démarrait une campagne d’explication auprès des leaders d’opinion et du grand public sur les conditions d’élevage.

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer