FinistèreMachinisme et équipements

À Elliant, l’ensileuse tient le rang

Douze rangs, 4,50 ha à l’heure, 11 m3 avalés chaque minute. Une Jaguar 960 de Claas France était en démonstration à Elliant, mardi dernier. Découverte.

Avec ses 9 mètres de coupe, cette ensileuse de 650 CV impressionne. Encore plus quand Marc Quéméré, entrepreneur à Scaër, fend une parcelle d’une dizaine d’hectares par son milieu. La saignée effectuée est à la mesure de la machine qui avale 12 rangs sans broncher. « On est à 50 CV par rang, alors qu’en 8 rangs, c’est 60 CV », expliquent les représentants de la marque pour montrer que plus grande largeur n’est pas toujours synonyme de puissance et consommation supplémentaires.

4,55 ha par heure

Dans cette parcelle d’Elliant, le maïs de 3 mètres de haut – mesuré par les élèves en 1re bac pro de l’Institut rural d’Elliant – ne fait pas un pli devant le bec Orbis 900 de l’ensileuse. « Tout au plus, face à l’important volume de la parcelle,  il a fallu réduire la vitesse de 0,5 km/h », indique le chauffeur Claas
qui cite une moyenne de 4 à 4,50 km/h en chantier ordinaire au regard des 170 ha récoltés depuis une semaine en Bretagne. Et de préciser qu’en Basse-Normandie, cette année des maïs dépassent la cabine de l’ensileuse : soit 4 m de haut. Une preuve supplémentaire que 2014 est l’Année du maïs : en rendement, mais pas en prix. « Dans cette parcelle de 6 ha, nous sommes à 3,50 ha/heure pour une consommation de 27 L/ha de fuel », a calculé l’ordinateur de bord. Un rendement de chantier légèrement réduit à mettre au crédit de l’important volume de fourrage à ensiler : le rendement est de 4,55 ha/heure en conditions ordinaires.

Un remplissage optimal de la remorque

Le système Autofill® est une aide à la conduite. Une caméra repère le cadre de la remorque. La goulotte équipée d’une caméra s’oriente automatiquement pour un remplissage optimal de la remorque : soit en commençant le remplissage par l’avant, par l’arrière ou mixte. Le chauffeur de l’ensileuse peut à tout moment reprendre la main sur la goulotte.

Éclateur  Multi Crop Cracker

Guidés par leur professeur de machinisme, Daniel Sellin, les élèves ont calculé que le rendement de la parcelle dépasse les 20 t/MS (hypothèse 30 % de MS). « La culture a été semée après une pâture de 10 ans », précise Lili Le Naour, l’agriculteur, pour expliquer ce rendement. Illustration qu’il n’y a pas photo : la pâture reste le meilleur précédent d’un maïs.

Cette ensileuse Jaguar 960 est équipée d’un nouvel éclateur MCC (Multi Crop Cracker) qui permet un éclatement optimal des grains même en cas de débit élevé. « Aujourd’hui, l’éclateur est réglé à 2,5 mm pour une coupe fixée à 17 mm (Rotor VMax équipé de couteaux à cuiller) », précise le responsable de l’ensileuse qui rappelle le compromis recherché entre « un bon éclatement du grain et la volonté de ne pas trop défibrer la plante ». Un tamisage, réalisé sur-le-champ par les élèves de bac pro d’Elliant, montre que le résultat obtenu avec ce réglage est conforme à ce qui est recherché : 72 % de morceaux inférieurs à 1 cm ; 27 % de 1 à 2 cm ; 1 % de plus de 2 cm. Didier Le Du

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer