Découvertes

Paysans chanteurs, Paysans au grand cœur

Pour fêter leurs dix ans d’existence, les Paysans chanteurs ont invité tous leurs copains, du Trégor à la Champagne.

Daniel Donin de Rosière n’est pas une personne comme les autres : il est fou. Mais pas n’importe quel fou. Un fou du Vierzon. Oui, il faut être un peu siphonné pour oser relever des défis comme celui réalisé fin juillet : pour rejoindre ses copains paysans chanteurs en Bretagne, Daniel n’aime pas les solutions modernes et trop rapides. Il est venu en tracteur. Là où l’histoire est belle, c’est que Daniel habite à côté de Troyes, dans l’Aube.

Rolland Derrien et Dédé Morin sont tous les deux paysans dans le Trégor et ont formé voilà 10 ans un duo déjanté, comique et théâtral nommé Paysans chanteurs. Cette paire de bonhommes bucoliques a démarré quand Rolland a repéré l’accordéoniste solitaire un soir d’animation. Il lui manque une voix se dit-il. Cette voix, ce sera lui, lui qui a toujours chanté. Cette voix entonnera les plus grands classiques de la chanson française, mais reprendra aussi les paroles de textes plus traditionnels. Le duo chante à qui veut l’entendre leurs chansons, avec émotion, justesse et à un rythme effréné. Et beaucoup veulent l’entendre.

Rencontre en Champagne

Le succès devient national : Brigitte Baronie, productrice de champagne, aime passer ses vacances en Bretagne. Enchantée par la prestation de Dédé et Rolland, elle décide de les inviter dans sa région. Mais comment trouver la traditionnelle remorque servant de scène aux Paysans chanteurs ? Daniel Donin de Rosière, fervent lecteur de presse spécialisée dans les vieux tracteurs, à déjà eu vent des concerts endiablés des deux agriculteurs. L’occasion est trop belle : il prêtera sa remorque pour la tournée champenoise des paysans. C’est une amitié rare qui naît alors de cette rencontre.

Les retrouvailles

Les trois hommes se contactent souvent par téléphone, mais l’occasion de souffler la première dizaine de bougies fumantes sur le gâteau d’anniversaire des Paysans chanteurs est propice aux retrouvailles. C’est décidé, ils fêteront cela dignement avec tous leurs amis à l’été 2014, en Bretagne. Des amis, les paysans chanteurs en comptent beaucoup, et quand Daniel annonce qu’il viendra avec son Société Française de 1951, Rolland et Dédé pensent à Plougras comme lieu de rencontre. « Jean-Hervé Callarec, grand collectionneur de Société Française, habite cette commune. Quand je lui ai demandé d’accueillir mon copain Daniel avec une haie d’honneur mécanique, il m’a répondu par le grand sourire qui le caractérise », raconte Rolland, le chanteur à la casquette.

Quelque 300 personnes se massent donc en ce vendredi ensoleillé. La famille Callarec ouvre les hostilités en alignant la précieuse et fabuleuse collection de machines de traction, et Jean-Hervé entre dans la commune au volant d’un Vendeuvre à la mécanique orange. Parti le lundi à 6 h 33, l’Aubois Daniel fait son entrée triomphale à 19 h 02. S’en suivent des étreintes émouvantes, où les yeux se mouillent parfois de larmes chaudes de joie. Puis, avec la gouaille qui lui est propre, Rolland lance : « J’espère que tu nous a ramené la limonade de ton pays pour l’anniversaire, sinon tu peux repartir ». Oui, il en a ramené, il a même apporté des bonbons. C’en est trop. Cette allusion au chanteur belge donne des fourmis aux touches nacrées de l’accordéon de Dédé, et Rolland ne peux s’empêcher d’interpréter un magistral « Dans le port d’Amsterdam ». Brel est présent dans l’histoire des trois hommes car le fou du Vierzon a vu Paris, Vesoul, Vierzon (et Plougras) en enfourchant sa monture. Le week-end festif se terminera par repas, chansons et franches rigolades. Daniel mettra cap à l’Est le lundi, avec tout de même un petit crochet par Peillac (56), car tant qu’à être là, autant aller voir ses copains.

Un voyage à plusieurs

Daniel n’est pas venu seul de sa Champagne. Beaucoup d’amis se sont joints à lui pour la réussite de ce voyage. Sans compter les personnes l’ayant hébergé à Vierzon, à La Flèche, ou à Brécé, il y a tout un staff derrière. Allain Labulle l’a convoyé durant ce périple, en tractant un Société Française Vierzon HV2. « Un tracteur, c’est fait pour tirer. J’ai donc attelé une remorque fourragère de 1947, qui m’a permis d’embarquer toutes les clés nécessaires au démontage, mais aussi des roues, de l’huile et 300 litres de carburant » commente Daniel, avant d’ajouter : « Un Vierzon, Môssieur, ça ne tombe pas en panne ! ».

Leçon de vie

Derrière l’exploit de Daniel et les chansons des Paysans chanteurs se cachent des hommes au grand cœur et à la pensée positive. « Je ne laisse jamais personne au bord de la route », confie Dédé, également professeur de musique. Le musicien malvoyant entend aujourd’hui les élèves à qui il a transmis son savoir avec fierté : « C’est ma médaille. » Daniel, le sourire à peine caché par sa moustache en bataille grise, a toujours la formule juste : « Seul on va plus vite. Ensemble on va plus loin ». Ou encore : « On ne peut pas construire l’avenir sans connaître son passé ». Belle leçon de vie, et bel exemple de camaraderie. Rolland annonce à ses fans inconditionnels que les prochains anniversaires se feront tous les cinq ans car « l’âge est là » précise le quinquagénaire devant un public hilare. Le rendez-vous est pris. Fanch Paranthoën

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer