Ille-et-VilaineProductions Agricoles

Eilyps renforce l’innovation

Marqueur plus précoce pour les mammites, diagnostic traite plus pointu, conseil santé… Eilyps met en place de nouveaux services et expertises pour accompagner les éleveurs.

Le 13 juin à Fougères, les innovations et technologies étaient au programme de l’assemblée générale d’Eilyps qui participe notamment aux projets de recherche et développement d’Ocla. Cette association réunit 12 organismes de Conseil en élevage sur 19 départements totalisant un cheptel de 800 000 VL. Un base d’informations conséquente pour la recherche au service des éleveurs. En lien avec Tridelta, société privée irlandaise spécialisée dans le dosage des protéines (biomarqueurs du système immunitaire des animaux), l’association travaille en particulier sur l’amélioration du dépistage des mammites. « Le taux cellulaire n’est pas le meilleur prédicteur des infections mammaires. Nous souhaitons mettre en place des outils permettant de mieux contrôler au quotidien les mammites », explique Laurent Mériaux d’Eilyps.

Ces nouvelles analyses sont basées sur la recherche de la MAA (Milk Amyloïde A), « un marqueur de l’inflammation mammaire spécifique, sensible et précoce. C’est le meilleur marqueur biologique actuel pour le dépistage de la mammite subclinique ou clinique. Directement sécrétée dans la glande mammaire (alors que les cellules viennent par le sang), la MAA apparaît 7 jours avant l’inflammation. »

Dynamisme laitier

Sur 2013, 85 % des éleveurs d’Ille-et-Vilaine adhèrent à Eilyps. Le nombre de bovins suivis est en hausse (+5,5 % pour les VL). Alors que la France ne produit pas son quota, les adhérents atteignent en moyenne 103 % de leur référence. Le nombre de VL par exploitation augmente de 4 sur un an et la production unitaire progresse.

Signature d’une convention

Lors de l’assemblée, une convention a été signée entre Tridelta et Ocla portant sur un accord de distribution des tests d’analyse MAA, actuels et futurs, en exclusivité en France et en partenariat en Europe. Un analyseur va également être développé. En fonction des conclusions de l’expérimentation terrain en cours, le nouveau protocole aidera les éleveurs à décider d’un traitement ou non avant tarissement, à vérifier la guérison, et donnera une indication sur l’état sanitaire de la mamelle en début de lactation. Ce projet, soutenu par le Cniel et en phase avec le plan EcoAntibio, devrait entrer en application en 2015. Eilyps a également repensé son approche du service qualité du lait avec le Diagnostic traite. « L’observation de la traite, associée à une collecte de données spécifique, permet de détecter des anomalies avec trois approches : sur le troupeau, au poste de traite et à la vache.

Depuis la mise en place en avril dernier, 30 prestations ont été réalisées. Les problèmes de préparation sont courants », détaille Sylvain Bretéché, responsable qualité du lait. Autre service, lancé en avril 2013, Activ’Santé a mobilisé 1 600 adhérents. Cet outil permet de recenser les principales maladies présentes chez les bovins. Les conseillers peuvent consulter avec les éleveurs les infos santé, apporter une analyse, et proposer des pistes d’amélioration. Par ailleurs, les informations recueillies pourront peut-être venir enrichir l’offre génétique de demain. Agnès Cussonneau

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer