Consommer moins d’eau au lavage

Le projet Gest’Olav a mis en lumière qu’une application de détergent permet de limiter l’utilisation d’eau de lavage à moins de 7 litres/m2 pour nettoyer le poulailler plutôt qu’à 9,6 litres/m2 sans détergent.

18382.hr - Illustration Consommer moins d’eau au lavage

« Dans les poulaillers avec un sol en terre battue, une partie des eaux de lavage part dans le fumier et le reste est absorbé par le sol. Avec des sols en béton, les eaux de lavage doivent être collectées et stockées. Le projet Gest’Olav a permis de compiler des données sur la quantité et la qualité de ces eaux de lavage », introduit Stéphane Roffi, conseiller avicole lors de la journée régionale avicole organisée par la Chambre d’agriculture le 30 novembre à Pontivy (56). 7,9 litres/m2/lot Ce projet a pour objectif d’établir de nouvelles données de consommation d’eau de lavage, d’étudier les pratiques, d’aider au dimensionnement des ouvrages de stockage et de caractériser ces eaux de lavage. En 2022, un élevage de dinde va consommer en moyenne 11,5 litres d’eau/m2 et par lot pour le lavage, en poulet c’est 7,9 L/m2 quand, en 2012, on en utilisait 2,4 L/m2. « En poulet la quantité d’eau pour le lavage a presque triplé car le protocole sanitaire est plus exigeant, il y a plus de matériel d’élevage. Et surtout, les sols ont été bétonnés ce qui rajoute de la surface à laver », constate Stéphane Roffi. Le retour d’enquête qui totalise 56 bâtiments en volaille de chair met en lumière que l’utilisation de détergent entraîne une moindre consommation d’eau. « Il faut moins de 7 litres/m2 pour nettoyer le bâtiment lorsqu’un détergent est appliqué alors que cela monte à 9,6 litres par m2 sans détergent. »  Les eaux de lavage sont pour 60 % épandues, 30 % utilisées dans le processus de compostage du fumier et 10 % vont à la méthanisation. Une faible concentration en azote L’enquête fait ressortir des qualités d’eaux très différentes avec une forte hétérogénéité. La concentration en azote total est inférieure à 500 mg/litre (moins de 0,5 unité d’azote/m3). Malgré cette faible valeur agronomique, les eaux de lavage sont…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article