Le troupeau passe en Pie Rouge

14363.hr - Illustration Le troupeau passe en Pie Rouge
Benoît Le Gal et Antoine Le Morvan dans leur stabulation.

Les associés du Gaec Ker saout ru à Fleurigné (35) se sont installés en s’orientant vers la Pie Rouge « pour sa rusticité et ses taux ». Membre du syndicat Ouest Pie Rouge, l’élevage participe à des concours. Le nom du Gaec donne le ton : ‘Ker saout ru’ ou ‘Village des vaches rouges’ en breton. « Dès notre installation, nous avons voulu élever de la Pie Rouge », indiquent Benoît Le Gal et Antoine Le Morvan. « C’est une vache ‘costaud’ qui a du caractère et amène des taux. Elle a de bonnes pattes, assure de la longévité. » L’exploitation qu’ils ont reprise le 1er septembre 2021 à Fleurigné (35) compte 75 vaches laitières actuellement mais leur nombre va s’accroître à 100 – 110 pour produire les 833 000 L de quota prévus à partir d’avril prochain. IA sexées sur toutes les Pie rouge « Nos cédants avaient des Normandes et des Holstein. Ils élevaient aussi un troupeau charolais que nous avons stoppé. » Pour passer en Pie Rouge, les éleveurs ont acheté des femelles dans 3 élevages du Morbihan et du Finistère. La transition est accélérée par des IA en semence sexée sur toutes les Pie Rouge. Aujourd’hui, le troupeau compte 30 laitières Pie Rouge « mais l’objectif est de passer à 90 % de l’effectif dans cette race et 10 % de Normandes », ont expliqué les associés lors d’une visite organisée suite à l’assemblée générale du syndicat Ouest Pie Rouge, le 8 décembre. Une doyenne de 11 ans Sur l’élevage, les Prim’Holstein (Isu moyen de 124) produisent 8 680 kg à 42,7 de TB et 32,7 de TP et les Pie Rouge (Isu de 146), 7 863 kg à 44,7 et 34,3. Dotée d’un Isu de 181, Nouméa fait partie des très bonnes femelles de l’élevage, affichant une production de 8 628 kg à 50,8 et 36,1 sur 337 jours en 3e lactation. De son côté, la doyenne de…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Tags :
Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article