CulturesTop

Les surfaces en colza et en orge progressent

Les dés sont jetés pour les céréales d’hiver qui ont bénéficié de bonnes conditions d’implantation. En Bretagne, on a semé plus d’orge et de colza que les autres années.

Avec la baisse régulière des effectifs de troupeau laitier de – 4,3 % en 2 ans ou même pire de – 8,4 % du nombre de vaches allaitantes sur la même période, et en parallèle une « végétalisation » de la région Bretagne, on pourrait penser que les emblavements de céréales à paille augmentent dans la région. Selon les données fournies par service de la statistique et de la prospective d’Agreste, les situations sont à nuancer suivant les espèces végétales et les départements. Ainsi et pour le blé tendre d’hiver semé en Finistère au 1er décembre 2022, la sole diminue de 2,4 %, pour s’établir à 48 000 ha, contre 49 000 en 2021. Le Morbihan diminue ses emblavements de blé de 1,5 %, l’Ille-et-Vilaine perd 0,6 % quand les Côtes d’Armor restent stables en surface. Au total, la Bretagne a perdu cet automne 2 000 ha de blé tendre. Ces estimations de surfaces sont fournies par les services déconcentrés de la statistique agricole en fonction de l’avancement du calendrier agricole. Selon la période de l’année, elles sont établies à dire d’experts ou à partir des résultats des enquêtes Terres labourables (interrogation de 13 000 exploitants sur les semis et les rendements moyens constatés après récolte).

L’orge d’hiver semble profiter de ces parcelles qui se libèrent, avec des surfaces régionales qui progressent de 2,6 % (80 000 ha). La situation reste identique en Morbihan et en Côtes d’Armor en termes de semis, l’Ille-et-Vilaine accueille 4,5 % de plus de surface d’orge, le Finistère est à + 4,8 %.

Pour Michel Le Friant, responsable Métier du grain chez Eureden, ces estimations de surfaces semées sont à interpréter avec précaution. « Nous avons effectivement constaté une légère baisse de vente des semences certifiées, mais compensée en parallèle par plus de semences de ferme utilisées par les agriculteurs ». La dernière moisson réalisée en conditions sèches pousse davantage à réutiliser sa propre semence, « il y avait peu de maladies en fin de cycle, pas de germination sur pied ».

Concernant les futures cultures de printemps, la Bretagne risque d’implanter « plus de maïs ensilage. Les éleveurs laitiers ont été vaccinés par la sécheresse, il faudra faire des stocks. Il y aura sans doute moins de maïs grain, à cause des frais de séchage qui seront encore élevés ». Le responsable note aussi une forte demande en semence de tournesol, culture « qui donne de bons rendements, plus stables que d’autres espèces comme les protéagineux, pour lesquels on voit peu d’engagements ».

Tous les départements sèment plus de colza

Depuis 2017, les surfaces consacrées à la culture de colza ont augmenté de 10 000 ha. Les Bretons ont introduit près de 59 000 ha de la crucifère dans leur rotation (49 000 ha en 2017). Et ces surfaces continuent de progresser par rapport à l’an passé, à + 4,9 % en Bretagne, + 7,3 % en Finistère et en Ille-et-Vilaine. À l’échelle nationale, les surfaces consacrées aux semis de colza d’hiver sont estimées par le service statistique du ministère de l’Agriculture à 1,3 million d’ha, en hausse de 4,9 % par rapport à 2022 et de 6,5 % par rapport à la moyenne 2018-2022.

Incertitudes en plant de pomme de terre
Concernant la filière plant de pomme de terre, « le prévisionnel de plantation est réalisé en février. Il y a chez les producteurs une grosse incertitude concernant la prochaine campagne, car nos coûts de production ont augmenté de 30 % entre 2020 et 2022 », résume Jean-Yves Abgrall, directeur de Bretagne Plants. « En Bretagne, nous avons assez peu d’alternatives en comparaison à d’autres bassins de production comme le Nord qui peut se tourner vers les betteraves sucrières ». 6 640 ha ont été plantés en plant de pomme de terre en Bretagne en 2022, dont 400 ha en agriculture biologique.
Sur notre secteur de Ploërmel (56), certaines fermes sont en 100 % grandes cultures. Nous constatons cet engouement vers des espèces autres que le blé, l’orge a pris une part plus importante dans les emblavements. Pour éviter les rotations de blé sur blé et pour se diversifier, il n’y a pas 50 solutions : la sole en colza augmente également. Enfin, les cultures de maïs ont, par endroits, souffert du manque d’eau en 2022, les rendements ont été aléatoires. Semer une orge est plus sécurisant. Noël Danilo, Membre du réseau Passion Céréales

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer