Economie, marchés et gestion

Une production d’aliment stable en France

La production d’aliment en France s’est maintenue en 2021 par rapport à 2020. Les volumes sont stables en bovin, baissent en porc et progressent en volaille.

« Jamais notre métier et nos filières d’élevage n’ont été autant sous les contraintes. On peut citer le contexte sanitaire lié au Covid-19, des récoltes 2021 plus faibles qu’attendues en France et en Europe. Il y a aussi la guerre menée par Poutine en Ukraine qui pèse lourdement sur les cours des matières premières et les prix des aliments. Sans oublier les conséquences de l’influenza aviaire et de la PPA en porc », déclare Hervé Vasseur, président de Nutrinoë qui fédère tous les fabricants bretons d’aliments pour animaux, lors de l’assemblée générale le 9 juin au Rheu (35).

Maintenir des élevages en Bretagne

La production mondiale d’aliment a tenu malgré le Covid avec 1,235 milliard de tonnes en 2021, soit + 2,3 % par rapport à 2020. La production européenne représente 150 millions de tonnes sur 2021. « Par rapport à 2020, la production est stable pour le bovin, en porc la baisse est de 1,5 % et la volaille progresse de 1,1 % », annonce Hervé Vasseur. La production d’aliment en France est stable à 20,8 millions de tonnes en 2021, le pays est en 3e position au niveau européen derrière l’Allemagne et l’Espagne est le
1er producteur avec 25,5 millions de tonnes. Le Grand Ouest de la France représente 59 % des fabrications nationales d’aliment. Le président de Nutrinoë s’inquiète de la hausse des matières premières et des coûts de production. « Ils doivent être assumés par la distribution et le consommateur. Nous ne sommes plus des variables d’ajustement. Si nous voulons maintenir des élevages en Bretagne, les prix doivent être justement rémunérateurs. La loi Égalim 2 doit trouver sa mise en œuvre simple et en phase avec son objectif premier. »

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer