Energies et environnementFinistèreSur abonnement

Sensibiliser aux métiers verts dès le collège

Avec la journée Découverte des métiers verts, des collégiens en ont appris un peu plus sur les filières agricoles.

240 collégiens en provenance de 4 établissements ont été sensibilisés aux métiers de l’agriculture ce mardi, à Saint-Pol-de-Léon. Cette 5e édition départementale de « Découverte des métiers verts » a démarré par la visite de 12 exploitations agricoles ainsi que du site de l’OBS, à Plougoulm. L’après-midi s’est poursuivie sur le site de Kerisnel, avec des petits ateliers animés par des coopératives, les JA ou des établissements scolaires, et complétée par des interventions d’agriculteurs. « L’idée de cette journée est de sensibiliser les élèves aussi bien à l’installation qu’aux métiers de salarié », résume Gaëlle Guiocheau, en charge de l’animation pour la Chambre d’agriculture. Sur le territoire saint-politain, « tous les métiers sont représentés, y compris les filières paysagères », ajoute Olivier Roué, président de l’Anefa 29. L’association a participé à la tenue de la journée, aux côtés de la Chambre d’agriculture, de Haut-Léon Communauté ainsi que du Conseil général du Finistère. « C’est aussi une façon de montrer notre métier aux enseignants », fait observer François Kerscaven, aviculteur et élu à la Chambre d’agriculture. Cette journée est l’occasion d’aborder « le bien vivre ensemble, et de tisser des liens entre agriculteurs et élèves de 4e », selon Gaëlle Guiocheau.

Gwendal, poisson pilote

Chaque groupe de collégien a pu compter sur la présence d’élèves de l’Iréo de Lesneven pour s’orienter dans les visites et suivre les interventions de la journée. Gwendal Le Menn, en 1re année de BTS Acse a été nommé « Poisson pilote », qualificatif trouvé par les organisateurs. Dans son groupe d’apprenants de Cléder, « seulement 1 élève est issu du milieu agricole, les autres découvrent. Mais tous sont ouverts et ont apprécié la visite chez un producteur de lait ou d’une serre de tomate. C’est très plaisant d’être pilote, on se sent concerné », résume le Finistérien qui a en tête un projet d’installation en production légumière.
Cette journée aura sans doute provoqué une réflexion chez les visiteurs, et semble être efficace. « Nos écoles d’agriculture font le plein de jeunes non issus du milieu, qui apportent aussi un autre regard », conclut François
Kerscaven.

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer