Élevage

Un observatoire des coûts bâtiments actualisé

L’Itavi a finalisé la mise à jour de l’observatoire coûts bâtiments en 2021. Cet outil, au service des éleveurs et de l’Administration, devra évoluer régulièrement pour coller à la réalité du terrain et des fluctuations.

L’Itavi lance un observatoire des coûts de bâtiment en aviculture (volaille de chair et pondeuse), le dernier référentiel national datait de 2015. « Pour l’éleveur, c’est un levier de compétitivité majeur. Il y a un réel besoin de pistes d’orientations pour traiter les enjeux de modernisation comme les normes environnementales et sanitaires, les attentes sociétales, l’amélioration des conditions de travail ou encore l’anticipation de la transmission de son outil de travail. De son côté, l’Administration manque de données statistiques ce qui rend difficile la mise en œuvre et la cohérence des programmes d’aides à la modernisation des élevages », explique Vincent Blazy, ingénieur à l’Itavi, lors de la journée volaille de chair le 2 décembre dernier à Pacé (35).

Les différents postes bien détaillés

L’observatoire détaille les investissements et les différents postes de dépenses. Tout d’abord, les coûts globaux comprenant la coque, les équipements standards et les équipements optionnels. Ensuite, les coûts supplémentaires dans lesquels sont classés le permis de construire, le dossier ICPE, les études environnementales, la viabilisation du site, le terrassement… Enfin, le coût de références unitaires permet d’avoir en détail les matériaux (hors pose), les différents postes de construction (avec main-d’œuvre) et les équipements (sans montage). Les postes de dépenses des équipements standards sont détaillés pour obtenir les coûts d’abreuvement, d’alimentation, d’éclairage, de chauffage/ventilation/régulation, d’automatisation, d’électricité, de gestion des effluents, de parcours.

Près de 54 €/poule en bio

« Les résultats sont présentés avec un coût le plus fréquemment rencontré et accompagné d’une fourchette minimum/maximum observée sur les devis », indique Vincent Blazy. Il donne quelques chiffres pour des bâtiments pondeuses : 31,20 €/poule pour du plein air et 53,80 €/poule en bio. Maintenant, il reste à définir la fréquence de remise à jour des postes de dépenses. Les objectifs fixés : tous les 2 ans pour l’aménagement des bâtiments, tous les 4 ans pour la coque et tous les 5/6 ans pour le gros œuvre et les aménagements extérieurs. Il faut aussi pouvoir modéliser l’incidence du levier conjoncture pour pouvoir répercuter les augmentations des matières premières qui influencent le coût des poulaillers. « Nous avons une bonne base de données remise à jour entre 2020 et 2021. Sa pérennisation pose de nombreuses questions : comment, qui, avec quels moyens ? L’émergence d’un observatoire des coûts bâtiments serait une réponse pertinente qu’il reste à inventer », conclut l’ingénieur Itavi. 

Plus de 1 100 devis épluchés
Pour bâtir cet observatoire, l’Itavi a récupéré auprès des Chambres d’agriculture et des groupements de production plus de 1  100 devis correspondant à la construction ou rénovation de 350 projets de bâtiments dans les différents bassins de production. La seconde base de données de prix unitaires composée de 750 références, est issue de la consultation de plus de 100 entreprises ayant fourni des devis très détaillés.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Fermer