CulturesTop

Le datura stramoine, une plante à risque pour la santé

La Fredon Bretagne recense des foyers de datura et intervient afin de sensibiliser, de surveiller et de conseiller contre le datura stramoine en Bretagne. Pour être efficace, la lutte doit être collective et coordonnée.

Les cultures ne sont pas à l’abri d’être contaminées par une plante bien connue des champs : le datura stramoine (Datura stramonium).  De la famille des solanacées, tout comme les pommes de terre, le datura est en revanche toxique pour l’homme et les animaux. Il est alors primordial que les récoltes effectuées ne soient pas mélangées avec l’une des parties de cette plante, car l’ensemble de ses organes sont toxiques. Si de réels risques sont présents pour l’homme, les bovins aussi y sont sensibles. Sa toxicité est estimée lorsqu’il y seulement un pied de datura pour 25 m² transformé en ensilage de maïs (Arvalis, 2019).
Outre les impacts sur la santé, c’est une plante à la taille imposante et son fort développement en font une espèce concurrentielle pour les espèces végétales cultivées. Les cultures de maïs, haricots, soja et autres peuvent être envahies par cette dernière.

Quels sont les leviers pour lutter contre le datura ?

• Les actions préventives à privilégier…
Les graines peuvent être dispersées via les outils agricoles (récolte) ou les moyens de transport (pneus de voiture, tracteurs, etc.). Des habitudes simples mais efficaces peuvent être prises comme vérifier les roues et mécanismes travaillant le sol, mais aussi les semelles des chaussures afin d’éviter le transport des graines lorsque sont présents des plants de datura en bogue dans les champs. Par ailleurs, privilégier les rotations longues d’au moins cinq ans où les sols ne seront pas laissés à nu, même en hiver.
À noter que la culture d’espèces légumières comme le haricot ou le petit pois, peuvent favoriser le datura : ces différentes plantes possèdent un cycle biologique relativement proche.
• Une fois installé, comment lutter ?
Si les plants sont découverts dans une parcelle, cela nécessitera d’adapter l’itinéraire technique. Le datura stramoine germe tardivement, surtout à partir de mai et jusqu’au début de l’automne. Sur les cultures de printemps, il faut privilégier les désherbages tardifs, jusqu’à la limite du passage machine.  En cas de repousses après la moisson, les passages répétés en déchaumage sont efficaces.
Aucune tolérance n’est accordée dans certaines cultures légumières et dans le sarrasin : aucun plant de datura présent à la récolte 

Olivier Audras / Fredon Bretagne
olivier.audras@fredon-bretagne.com

S’assurer de fournir des produits sûrs et sains
Il est important de rappeler que la réglementation relative au Paquet Hygiène prévoit « qu’une denrée alimentaire ne peut être mise sur le marché que si elle est sûre et saine pour le consommateur. » (Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, 2019). Une veille active sur cette plante est donc nécessaire pour éviter d’une part, d’être envahi par cette dernière, mais aussi pour assurer la qualité des cultures récoltées.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer