ÉlevageTop

Le chariot à lait devenu indispensable

Avec une moyenne de 50 veaux à nourrir quotidiennement, la SCEA Cornée-Louvet en Ille-et-Vilaine a décidé d’investir dans un taxi à lait. Le MilchMobil 4×4 200 litres répond aux attentes des éleveurs grâce à sa grande capacité et sa mobilité. Un investissement indispensable et efficace.

« Nous avons choisi de nous équiper d’un taxi à lait pour que le travail de soin aux veaux soit moins physique et afin de gagner du temps », annonce Coraline Louvet, associée à la SCEA Cornée-Louvet à Roz-Landrieux (35). Avec des vêlages étalés sur toute l’année, l’éleveuse compte en moyenne 50 veaux à nourrir quotidiennement. À deux soigneurs, cette tâche représentait 2 heures de travail par jour. « Désormais, avec le taxi à lait MilchMobil 4×4 200 litres, je ne passe plus qu’une heure par jour », souligne l’éleveuse. Un gain de temps qui lui permet d’en passer plus aux soins des veaux et à la surveillance des laitières. Les associés ont choisi l’aliment d’allaitement afin de distribuer un aliment plus équilibré avec moins de matière grasse et une digestion plus facile. Quant au chariot, il conduit à un mélange homogène. Pour les jeunes animaux jusqu’à 5 semaines, l’agricultrice distribue 3 kg d’aliment d’allaitement pour 20 litres en 2 repas. Puis, entre 5 et 9 semaines, les veaux reçoivent 4 kg d’aliment d’allaitement pour 20 litres avant sevrage. « Chaque jour, c’était plus de 400 litres de lait à transporter », rappelle Kilian Louvet, également associé à la SCEA. Avec le choix du taxi à lait, les éleveurs disposent de la quantité suffisante pour l’ensemble des veaux. Le chariot existe aussi en 120 litres mais n’aurait pas permis d’alimenter tous les veaux en un seul service.

6944.hr
Kilian et Coraline Louvet se sont adressés à Gurvan Talvas (à gauche) de Cultivert afin de les conseiller sur un chariot à lait pour leurs 50 veaux.

Température au degré près

La cuve, couchée à la façon d’un tank à lait, présente une conception robuste en acier inoxydable. Son centre de gravité bas donne un accès facilité pour verser l’eau, la poudre ou le lait. « Lorsque l’éleveur apporte de la poudre, le chariot la mixe avec l’eau chaude. S’il opte pour du lait entier, la cuve le malaxe avec des phases d’arrêts répétés », détaille Gurvan Talvas, technicien Cultivert qui accompagne la SCEA sur ses projets.
L’appareil dispose également d’une fonction bain-marie grâce à sa paroi double cloison. Coraline Louvet verse dans un premier temps l’eau à 50 °C puis la poudre de lait. Le mélange est alors mixé dans la cuve et prêt à être distribué entre 42 et 45 °C. « La température peut être ajustée au degré près et l’appareil dispose également d’une fonction antigel qui peut être très utile en hiver : une buvée distribuée à la bonne température limite les troubles digestifs et favorise une bonne ingestion et par conséquent la bonne croissance du veau », complète le technicien.

5 programmes de buvées disponibles

Le pistolet doseur est réglable à l’aide de programmes de buvées à paramétrer. « Nous pouvons établir jusqu’à 5 buvées ainsi qu’une buvée modulable qui distribue à volonté », détaille l’éleveuse. Trois boutons sur le guidon lui offrent la possibilité de distribuer 3 rations différentes.
« C’est plus facile de se faire remplacer pour le soin des veaux puisque tout est programmé », souligne Kilian Louvet. L’outil permet aussi d’assurer une régularité dans le soin et l’alimentation des veaux. « Nous sommes sûrs que les diarrhées qui pourraient apparaître ne viennent ni du lait ni de sa température », ajoute l’éleveur. Pour paramétrer les buvées, il faut brancher le chariot à lait sur une prise 380 volts.
Après utilisation, il est très simple à laver de la même façon qu’un tank à lait, à l’aide d’une buse rotative pour un gain de temps et avec une grande efficacité. La vanne de vidange favorise un nettoyage parfait et une bonne évacuation de l’eau. « Je me sers aussi de cette vanne pour distribuer l’eau aux animaux », ajoute Coraline Louvet.

217 kg et une grande maniabilité

Le chariot à lait pèse 187 kg à vide et l’éleveuse intègre en moyenne 30 kg de lait. « Pourtant, le MilchMobil est très maniable et facile à déplacer même sur les cailloux », rapporte-t-elle. Avec ses 4 grandes roues gonflables dont deux pivotantes, le chariot est même capable de monter des pentes de 10 %. Les roues placées à l’extérieur du châssis élargissent l’empattement de l’appareil et lui offrent ainsi une meilleure stabilité. L’essieu oscillant pendulaire agit aussi sur la stabilité, notamment sur les cailloux. Le taxi à lait dispose d’un système d’entraînement électrique avant-arrière et fonctionne à l’aide de 2 vitesses, tortue et lièvre, qui vont respectivement jusqu’à 3,5 et 6 km/h. « Une sécurité anti-écrasement vient stopper le chariot lorsqu’il rencontre un blocage », interpelle le technicien. Une vraie sécurité pour l’éleveur, qui complète bien le confort de travail apporté par le chariot à lait.

Caractéristiques techniques du taxi à lait
• Capacité : 120 ou 200 litres,
• Débit : 37 litres/minute,
• Mélangeur 370W / 230V soit 1 320 tours/min,
• Chauffage bain-marie 4 500W / 400V,
• Dimensions : 1 480 L x 800 P x 1 400 H mm (1670 L pour le 200 litres),
• Autonomie batteries : 1,5 heure en distribution.

Contacts Cultivert
Landerneau : Pierre Leroy, 06 63 37 20 44,
Carhaix et Quimper : Jacques Cosmao, 06 63 33 31 97,
Quimperlé et Pontivy : Fabrice Bernard, 06 30 42 13 06 & Gilles Jagorel, 07 85 86 33 86,
Lamballe : Patrick Briens, 06 63 33 46 72,
Guingamp et Mûr-de-Bretagne : Julien Amiry, 06 72 56 59 08,
Combourg : Gurvan Talvas, 06 22 44 39 47.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi...
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer