FinistèreMachinisme et équipements

Biner en poste inversé

Encore peu répandu chez les producteurs de légumes le tracteur avec poste inversé s’avère particulièrement confortable pour le chauffeur et bien adapté pour les opérations de binage permettant une bonne visibilité sur l’outil.

Hubert Michel est associé avec son épouse Anne et son fils Ewen sur une exploitation légumière basée à Mespaul (29). « Nous cultivons des légumes bio sur 17 ha. Nous produisons du brocolis, chou-fleur, chou, oignon, échalote, artichaut et courge  », présente Hubert Michel. Cela fait 12 ans que la ferme est en production biologique ce qui demande l’utilisation de différents matériels pour biner ou sarcler. « Ce type de matériel est très fréquemment attelé à l’arrière du tracteur. Cela demande de se retourner constamment pour contrôler que tout se passe bien. Le binage avec des doigts Kress est très efficace par contre un écart de 10 cm et on arrache des plants c’est donc stressant », témoigne l’agriculteur. Rapidement la bineuse a été modifiée pour passer sur le relevage avant pour éviter d’avoir a se retourner. « Nous avons gagné en confort de travail par contre le regard est soit à droite soit à gauche ce qui génère de la fatigue en fin de journée car il faut être vigilant en permanence pour ne pas arracher de plants. »

6524.hr
Yves Le Gall, commercial concession Alexandre ; Ewen et Hubert Michel, producteurs de légumes.

La bineuse modifiée pour passer à l’arrière

Lors du renouvellement du tracteur en 2013 Hubert Michel avait hésité à prendre un modèle avec poste inversé mais cette technologie n’était pas courante voir n’existait pas chez les légumiers. « En 2019, j’ai sauté le pas et j’ai pris cette option à 4 000 € sur mon Valtra N 154.» La bineuse 2 rangs qui datait de 2013 a été modifiée pour passer sur l’attelage arrière du tracteur. Elle a été rallongée de 80 cm pour que le chauffeur du tracteur ai une bonne visibilité sur l’outil. « À l’avenir nous passerons sur une bineuse 4 rangs pour gagner en rapidité », précise Ewen Michel. Le 1er binage intervient 1 semaine après la plantation des choux puis à nouveau 1 semaine plus tard. Ensuite la culture sera buttée 2 fois.

6525.hr
Pour passer en poste inversé il suffit de faire pivoter le fauteuil et les commandes qui se trouvent sur l’accoudoir pour accéder au petit volant.

Le tracteur de tête de l’exploitation

« Toutes les cultures légumières sont aujourd’hui travaillées en poste inversé. Nous passons en moyenne 1,5 jour par semaine à biner les légumes. Il faut donc du confort, être détendu, bien assis et avec le dos droit, tout cela est possible grâce au poste inversé », décrit le légumier. Il avoue qu’il faut quand même un peu de pratique pour prendre en main le tracteur et que les repères de conduite sont un peu chamboulés au départ. « Ça braque moins en bout de champs car il n’y a pas de double pédale de freins pour bloquer un côté. Le petit volant paraît un peu gadget au début mais c’est vraiment très confortable. » Le tracteur de 4 cylindres pour 155 chevaux est devenu le tracteur de tête de l’exploitation il sert à la préparation de la terre, au binage et aussi lors de la récolte des légumes. Pour gagner encore en confort de conduite le tracteur est en variation continue.

L’autoguidage pour plus de confort
Les choux sont plantés avec une planteuse 4 rangs en activant le système GPS Trimble d’une précision de 2 cm. Lors du binage le chauffeur va pouvoir retrouver parfaitement les lignes puis passer en autoguidage. « La fonction autoguidage peut suffire pour du binage arrière et aussi en frontal. Mais cette option cumulée avec le poste inversé améliore et facilite la surveillance. C’est un énorme gain en terme de confort de travail, il y a vraiment un potentiel de développement pour les tracteurs en poste inversé sur notre zone légumière. »
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer