Economie, marchés et gestionMorbihan

Ils veulent redessiner la Bretagne de demain

Dans une lettre ouverte, des associations et des scientifiques ont adressé un courrier aux élus régionaux pour conditionner les aides publiques aux enjeux écologiques et de solidarité.

« Notre objectif est de montrer que la société civile est prête et partage la vision d’une Bretagne résiliente et solidaire face aux crises. Les élus doivent en tenir compte et engager les transitions nécessaires ». De nombreuses associations, parmi lesquelles Réseau Cohérence, Pacte Finance Climat Bretagne (PFC) ou Bretagne Nature Environnement (BNE), réunies en visioconférence, demandent que les aides publiques cessent de financer des projets émetteurs de gaz à effet de serre et de les flécher vers des investissements « verts », respectueux du climat. Des projets de relocalisation de la production, de reconversion d’activités néfastes et de formation aux nouveaux métiers. Ils citent, en exemple, les constructions en ciment émettrices de gaz à effet de serre, à remplacer par des constructions en bois à même d’en stocker.

Plan installation agricole

« Cet après-crise sanitaire est un bon moment pour réfléchir ensemble à un avenir commun sur des sujets difficiles comme l’agriculture ou l’urbanisme », indique Jean-Luc Toullec, président de BNE qui a des idées sur la destination du foncier qui va massivement changer de mains dans les dix ans à venir, suite aux nombreux départs en retraite des agriculteurs. « Nous demandons un grand plan d’installation pour les jeunes. Autour des villes bretonnes, l’agriculture peut créer des emplois en développant une agriculture vivrière, avec une autre manière de produire. L’instauration, à plus grande échelle, de repas bio et locaux dans la restauration collective doit donner une impulsion en rassurant les agriculteurs qui pourraient ainsi s’engager, certains d’avoir des débouchés ». Les associations militent pour une Pac décentralisée qui laisse du pouvoir aux Régions afin d’orienter leur politique de développement agricole à leur guise. Ils demandent une trame verte et bleue, après la trame grise qui prévaut depuis de nombreuses années. « Nous demandons un autre modèle d’aménagement, qui associe des écologues aux urbanistes dans la conception des projets. Il faut envisager une transition dans la gestion du foncier en épargnant les terres agricoles et naturelles tout en appréhendant les conséquences fiscales pour les territoires ». La lettre adressée aux élus se veut une main tendue pour un travail collectif.

La transition écologique est un concept attractif pour les jeunes

La décennie qui vient est essentielle. Au niveau mondial, nous émettons 54 milliards d’équivalent CO2 chaque année. Si nous n’inversons pas la tendance, nous arriverons à 65 milliards émis, soit un réchauffement de 4 à 5° C, à la fin du siècle. Une stabilisation à 55 milliards entraînerait une hausse de 3,5 °C, avec des conséquences dramatiques. Un maintien à + 2 °C sera difficile. Il sous-entend une baisse à 40 milliards d’équivalent CO2 émis en 2030 et une neutralité carbone en 2080. En Europe, le Green Deal montre une prise de conscience, du moins dans les discours, car l’objectif est de diviser par 2 les émissions de CO2 en 2030 par rapport aux émissions de 1990. En France, la loi Climat Énergie ambitionne une neutralité carbone en 2050. Nous sommes en retard. Il faudrait consacrer 20 milliards supplémentaires par an, soit ce que coûte la Covid-19 par mois au budget de l’État. Mon discours peut paraître anxiogène mais il y a une donnée qui me donne de l’espoir : la transition écologique est un concept attractif pour les jeunes.

Jean Jouzel, climatologue

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer