Cultures

Ils veulent tout savoir sur les choucas

Bien nourris et bien logés, les choucas provoquent de plus en plus de dégâts sur les semis. Une étude scientifique permettra de mieux les connaître pour limiter leur population.

Dans le Finistère, un arrêté préfectoral, actuellement en consultation, prévoit la destruction de 12 000 choucas d’ici à la fin décembre 2020. En Côtes d’Armor, 8 000 volatiles doivent être éliminés d’ici à la fin septembre 2021. Un constat d’échec en quelque sorte. Le volatile n’a pas de prédateur et les effaroucheurs utilisés par les agriculteurs ne font que déplacer le problème. Ces arrêtés sont attaqués par la Ligue de protection des oiseaux (LPO) et par Bretagne Vivante. « Nous comprenons la nécessité de trouver des solutions pour les agriculteurs mais nous ne pouvons tolérer la méthode », indique Laurent Pèlerin, président de la LPO. « C’est une fuite en avant que nos concitoyens n’accepteront pas longtemps ».

Nids en ville

Les associations estiment que l’évolution des pratiques agricoles a permis l’explosion des populations. « Avec le développement des cultures, notamment du maïs, au détriment des prairies, 1 % des grains reste sur le champ, après récolte », estime Jean-Pierre Roullaud, de Bretagne Vivante. « Une aubaine pour les espèces opportunistes ». Une étude scientifique, financée par l’État et menée par l’Université de Rennes, permettra peut-être de lever le voile sur les habitudes du volatile. L’analyse des jabots, sur des sujets prélevés et euthanasiés, permettra de savoir pourquoi « le plus insectivore des corvidés » apprécie tant les semis de maïs et de céréales. « Consomment-ils les graines, les jeunes pousses ou les larves d’insectes qui s’y attaquent ? ». L’étude tentera également de répondre aux interrogations sur les déplacements et la vie sociale des oiseaux, grâce à des balises GPS et des caméras sur les cheminées dans les villes où ils nichent (deux fois plus de nids en dix ans à Quimperlé). Les associations, les élus, l’Administration et surtout les agriculteurs attendent les premiers résultats, avec impatience. Au mieux pour l’an prochain…

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer