Un chariot à lait pour le confort de travail

 - Illustration Un chariot à lait pour le confort de travail
Lionel Laubé (au centre), de La Ferme du Vaudelier, a fait confiance à Patrick Briens, de Cultivert (à gauche), et Taco Bekenkamp,​ de JFC (à droite), pour lui conseiller le chariot à lait adapté à son exploitation.
La Ferme du Vaudelier s’est équipée d’un chariot à lait après avoir agrandi son troupeau de laitières et donc le nombre de génisses à élever. Les éleveurs ont optimisé leur confort de travail dans le soin apporté aux veaux et gagné en qualité de vie.

[caption id=”attachment_44411″ align=”alignright” width=”263″] Nelly Laubé a gagné en confort de travail pour l’alimentation des veaux.[/caption]

La Ferme du Vaudelier (22) a récemment agrandi son troupeau et compte désormais 140 vaches laitières. Avec des vêlages étalés sur toute l’année, l’exploitation compte également 150 génisses. Nelly Laubé, associée à La Ferme du Vaudelier, est responsable du soin et de l’alimentation des veaux. Ainsi, elle distribue chaque jour 70 litres de d’aliment d’allaitement. Depuis janvier 2020, l’exploitation s’est équipée d’un chariot à lait 170 litres JFC. « Ce taxi à lait allège mon travail : porter des seaux de 12 litres sollicitait le dos et les épaules. Désormais, je suis soulagée de cette charge  », se félicite l’éleveuse. Léger, le chariot à lait est facile à déplacer du point d’eau jusqu’aux niches à veaux situées à l’entrée du bâtiment des laitières. « Le matériel est léger grâce à sa cuve en polyéthylène et ses roues pivotantes avec freins offrent une maniabilité optimale », confie Patrick Briens, conseiller Cultivert.

« Les taxis à lait en inox sont très lourds et, même motorisés, ils seraient difficiles à déplacer ici du fait de la pente à l’entrée du bâtiment entre l’accès à l’eau et les niches à veaux », complète Taco Bekenkamp, commercial JFC. Le chariot à lait JFC dispose de deux roues pivotantes anti-crevaisons de 10’’ à l’arrière et de 2 roues gonflables, à l’avant, d’un grand diamètre, qui apportent une importante maniabilité au chariot. Les pneus anti-crevaisons garantissent la fiabilité de l’outil. « Il faut être vigilant sur la pression des pneus . Sous-gonflés, ils vont compliquer les déplacements du chariot », prévient Lionel Laubé. Le châssis en acier galvanisé apporte de la solidité et de la stabilité au taxi à lait à travers un centre de gravité abaissé.

Une homogénéisation parfaite du lait

Avant d’acquérir le chariot à lait JFC, Nelly remplissait 3 seaux avec de l’eau et de l’aliment d’allaitement. Elle prenait le temps de mélanger avec un fouet de cuisine pour homogénéiser au mieux la buvée. Désormais, elle remplit la cuve d’eau chaude graduée et incorpore directement l’aliment d’allaitement pour tous les veaux. Le malaxeur fait le reste en moins de 4 minutes : « Le malaxeur intégré au chariot à lait fait gagner énormément de temps ! », ajoute l’éleveuse. Il faut minimum 30 litres de lait pour le faire fonctionner. « Nous avons pensé ce chariot et ses accessoires pour les petites et moyennes exploitations, et ainsi apporter une solution à tous », confie le commercial. Le malaxeur est installé au fond de la cuve afin de créer un vortex qui mélange parfaitement l’eau et d’aliment d’allaitement : « Il suffit de mélanger pendant 4 minutes, au-delà il y a le risque de casser les molécules du lait », alerte-t-il.

Pistolet doseur rapide et précis

Une fois le mélange préparé, la distribution est simplifiée avec le pistolet doseur. L’agricultrice réinitialise le doseur à chaque distribution pour voir rapidement et simplement la quantité distribuée à chaque veau selon son âge. « Avant, je me servais des graduations sur les gamelles. Maintenant c’est plus précis, plus rapide et surtout plus simple », détaille-t-elle. La pompe qui alimente le pistolet est silencieuse et capable de distribuer 36 litres par minute. La batterie dispose d’une puissance suffisante pour distribuer jusqu’à 7 500 litres de lait sur une seule charge. Les éleveurs n’utilisent pas le chauffe lait disponible avec le chariot et installé par Patrick Briens. « Le lait reste chaud grâce à la cuve en polyéthylène qui conserve parfaitement la chaleur : elle perd un maximum de 2 degrés par heure », affirme Taco Bekenkamp. « C’est toujours chaud lorsque je distribue », complète Nelly Laubé. Une fois la buvée distribuée, l’éleveuse se sert également du chariot pour distribuer l’eau. Cette utilisation contribue non seulement à transporter de l’eau aux veaux très facilement et sans contrainte physique, mais aussi à rincer le taxi à lait et favoriser sa durée de vie. « J’ai besoin de recul, de me roder avec l’outil pour savoir si je gagne du temps, mais il est certain que j’ai gagné en confort de travail », conclut l’éleveuse.

Contacts Cultivert
• Landerneau : Pierre Leroy, 06 63 37 20 44.
• Carhaix et Quimper : Jacques Cosmao, 06 63 33 31 97.
• Quimperlé et Pontivy : Fabrice Bernard, 06 30 42 13 06.
• Lamballe : Patrick Briens, 06 63 33 46 72.
• Guingamp et Mûr-de-Bretagne : Julien Amiry, 06 72 56 59 08.
• Combourg : Gurvan Talvas, 06 22 44 39 47.


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article