Energies et environnement

Valoriser les démarches « bas carbone »

La filière bovine le sait, elle est attendue sur l’enjeu climatique. Débuté en 2016 pour 5 ans, le projet Life Beef Carbon vise une réduction de l’empreinte carbone de 15 % en 10 ans. Il a pour le moment été déployé sur 2 000 fermes suivies sur 4 pays (France, Espagne, Irlande, Italie) qui ont réalisé des diagnostics Cap’2Er. Environ 200 techniciens ont été formés à ces diagnostics. « Quel que soit le système, nous avons remarqué de grandes disparités et donc des marges de progrès possibles », explique Josselin Andurand responsable à l’Idele du projet Life Beef Carbon. « Et un lien existe entre performance économique des élevages et l’empreinte carbone. » Plusieurs leviers peuvent être activés : le moins possible d’animaux improductifs, adaptation des concentrés, de la fertilisation…

D’autres bénéfices à négocier

Aujourd’hui, au travers de France Carbon Agri Association, créée par les fédérations nationales des producteurs de lait, de bovins, ovins et chèvres, la profession souhaite aller chercher la valorisation de crédits carbone. Le prix peut être de 10 à 15 €/t sur le marché actuellement. D’autres bénéfices comme l’amélioration de la biodiversité ou la réduction des nitrates pourraient aussi être négociés.
France Carbon Agri Association fait l’interface entre les porteurs de projets, c’est-à-dire les éleveurs, à titre individuel ou collectif, et les entreprises et collectivités désireuses d’acheter des crédits carbone dans le cadre de leur stratégie de compensation carbone.
La Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC) qui appartient au ministère de la Transition écologique et solidaire certifie les projets.

« Aujourd’hui des entreprises comme la Poste, Total ou la grande distribution s’intéressent à ces rachats. Est-ce que demain l’élevage de ruminants ne sera pas une solution contre le réchauffement climatique ? C’est aussi un argument dans le cadre des accords internationaux », note Emmanuel Bernard, président du Comité viande bovine à l’Idele. Pourquoi ne pas proposer des steaks « bas carbone » aux consommateurs ? C’est déjà le cas au Brésil…

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer