ÉlevageMorbihan

Le renard ne transmet pas la gale

Réunis à Arzal, lors d’une réunion de secteur du GDS Bretagne, les éleveurs de bovins se sont livrés à un jeu du « vrai ou faux ? » sur les maladies transmises par la faune sauvage.

Non, le renard ne transmet pas directement la gale aux bovins. Ce sont les chiens de ferme qui, contaminés par des dépouilles de renards infectés, contaminent les troupeaux. Les cas sont fréquents en ce moment compte tenu de l’épidémie sur le carnivore sauvage, selon un vétérinaire présent dans la salle. Le renard n’est pas non plus responsable de la transmission de la néosporose. La transmission de la vache à son veau à travers le placenta est quasi systématique si la mère est infectée. C’est le mode de transmission le plus fréquent. Le chien peut jouer un rôle de transmetteur s’il mange le placenta d’une vache atteinte après vêlage. Il excrète ensuite les parasites dans le milieu extérieur par ses déjections. Ces parasites ainsi rejetés (sous forme d’ookystes) sont très résistants dans le milieu extérieur. Une vache peut alors se contaminer en consommant de l’herbe, de l’ensilage ou de la paille souillés par ces spores. « On ne retrouve pas ces ookystes dans les crottes de renard », poursuit le vétérinaire.

Rats et ragondins

La leptospirose est une maladie infectieuse, de gravité variable, due à des bactéries. C’est une zoonose, maladie commune aux humains et aux mammifères. Les ragondins et les rats comptent parmi les principaux réservoirs du pathogène (15 000 à 20 000 ragondins sont piégés chaque année dans le Morbihan). Ces animaux excrètent les bactéries via leur urine, contaminent le sol et les eaux et peuvent infecter les vaches, les chevaux ou les porcs qui s’abreuvent. L’ehrlichiose, maladie bactérienne, ne se transmet probablement pas par les chevreuils. Les hôtes sauvages de la maladie sont essentiellement des rongeurs. Enfin, les salmonelles peuvent se transmettre aux bovins par les déjections d’oiseaux.

Mots-clés

Peut vous intéresser

3 commentaires

  1. Bonjour
    Peut-on m’expliquer si les chiens peuvent transmettre la gale , pourquoi pas les renards ( je ne parle pas de la fréquence de transmission , mais des possibilités de transmission ?

  2. Les gales des bovins, plus fréquentes en hiver en stabulation, ne sont pas CELLES du renard et du chien ( gale sarcoptique). Les chiens de ferme ne cpntaminent donc pas les bovins. Les gales sont contagieuses par contact entre individus ou dans le milieu (ex. pour le renard, terriers contaminés).
    Effectivement le renard n’a pas grand chose à faire avec la neosporose abortive. Les eaux fêtales et le délivre sont contaminants. L’élimination du placenta vers l’équarrissage (en sac étanche) et l’insémination “viande” des femelles positives sont une part de la lutte en foyer infecté.
    Avant la présence du ragondin introduit par l’homme en Pays de Loire – pour la France- les leptospiroses existaient chez les rongeurs, ruminants, équidés, porcins et homme… (fievre des marais, des porchers, des egouttiers, …). Maladie largement partagée entre les animaux domestiques, sauvages et l’homme, c’est une maladie des ” milieux humides” . Les rongeurs qui y évoluent sont fréquemment porteurs (rats, souris, ragondins). Le tropisme urinaire de ces bactéries de sérotypes variés en fait des agents de transmission par les urines. Certains sérotypes (Sejroe) font avorter les bovins.
    Quant à l’ehrlichiose granulocytaire bovine à Anaplasma phagocytophilum (Joncour, 1998) elle nest pas due à une contamination par les chevreuils qui, eux, sont porteurs de sérotypes différents de ceux de l’ homme, des équins, des bovins et des chiens. Le vecteur est la tique Ixodes ricinus et les réservoirs, effectivement, les petits rongeurs. Comme la maladie de Lyme et pour laquelle le chevreuil est aussi une espèce immuno- incompétente et un cul de sac épidémiologique. Par contre l’espèce est un bon “restaurant” à tiques et un diffuseur large de cet acarien géant sur son territoire vital.
    Les salmonellose sont des toxi-infectons à tropisme intestiinal et des zoonoses majeures. Concernant les bovins, 7% des laitières des Côtes d’Armor sont des porteurs sains (Cotte & Maurice, AFFSA) et le sens de contamination Oiseaux-Bovins se fait plutôt dans le sens Bovins ==> Oiseaux ( Joncour, 1993).

  3. Les gales des bovins, plus frequentes en hiver en stabulation, ne sont pas CELLES du renard et du chien ( gale sarcoptique). Les chiens de ferme ne cpntaminent donc pas les bovins. Les gales sont contagieuses par contact entre individus ou dans me milieu (ex. pour le renard, terriers contaminés).
    Effectivement le renard n’a pas grand chose à faire avec la neosporose abortive. Les eaux fêtales et le delivre sont contaminant. L’élimination du placenta vers l’équarrissage (en sac etanche) et l’insémination “viande” des femelles positives sont une part de la lutte en foyer contaminé.
    Avant la présence du ragondin introduit par l’homme en Pays de Loire – pour la France- les leptospiroses existaient chez les rongeurs, ruminants, équidés, porcins et homme… Maladie largement partagée entre les animaux domestiques et sauvages et l’homme, c’est une maladie des ” milieux humides” . Les rongeurs qui y évoluent sont fréquemment porteurs. Le tropisme urinaire de ces bactéries de serotype variable en fait des agents de transmission par les urines. Certains serotype font avorter les bovins.
    Quant à l’ehrlichiose granulocytaire bovine à Anaplasma phagocytophilum (Joncour, 1998) n’est pas due à une contamination par les chevreuils qui, eux, sont porteurs de serotype différents de ceux de l’ homme, des équins, des bovins et des chiens. Le vecteur est la toque Ixodes ricinus et les réservoirs, effectivement, les petits rongeurs. Comme la maladie de Lyme et pour laquelle le chevreuil est une espèce immuno- incompétente et un cul de sac épidémiologique. Par contre l’espèce est un bon “restaurant” à tiques et un diffuseur de cet acarien géant sur son territoire vital.
    Les salmonellose sont des toxi-infectons à tropisme intestiinal et des zoonoses majeures. Concernant les bovins 7% des laitières des Côtes d’Armor sont des porteurs sains (Cotte & Maurice, AFFSA) et le sens de contamination Oiseaux-Bovins se fait plutôt dans le sens Bovins ==> Oiseaux ( Joncour, 1993).

Bouton retour en haut de la page
Fermer