Signature d’une charte sur la construction agricole

 - Illustration Signature d’une charte sur la construction agricole
Pierre Bessin (directeur de la DDTM), Armelle Bothorel (présidente de l’AMF des Côtes d’Armor), Yves Le Breton (préfet du département) et Didier Lucas (président de la Chambre d’agriculture) à l’occasion de la signature de la nouvelle charte sur la construction agricole.

En 1980, les Côtes d’Armor était le premier département à produire une charte encadrant la construction agricole. Une nouvelle version vient d’être cosignée par le préfet, des représentants des maires et de la profession. « Une charte sur la bonne conduite de la constructibilité en zone agricole existe dans les Côtes d’Armor depuis 1980. Une initiative pionnière en France », a rappelé le préfet Yves Le Breton, mardi 11 juin à Saint-Brieuc. Avant de souligner la nécessité d’une « refonte » et d’une actualisation de ce document pour répondre « aux principes d’inconstructibilité et de sobriété foncière dans un souci de préserver les espaces agricoles et naturels et d’assurer des relations de bon voisinage dans les territoires. » Convergence des points de vue À ses côtés, Armelle Bothorel, à la tête de l’Association des maires de France et présidents d’intercommunalités (AMF) des Côtes d’Armor, a rappelé le travail de dialogue et de concertation qui s’est étalé sur une dizaine d’années entre Administration, élus locaux et représentants de la profession pour aboutir à l’officialisation de cette nouvelle charte, compromis faisant converger les points de vue de tous les partis. « Avec bon sens et pragmatisme, ce document doit faire le lien entre règles d’urbanisme à travers l’élaboration des Plans locaux d’urbanismes (PLU et PLUi) et des Schémas de cohérence territoriale (Scot) par exemple, préservation du foncier et reconnaissance de la spécificité des exploitations agricoles qui ont une place importante dans le paysage du département. » Nécessaire mise à jour Pour Didier Lucas, président de la Chambre d’agriculture, cette charte doit aider à ce que, « peu importent les communes et intercommunalités, quel que soit le plan d’urbanisme », l’approche soit la même d’un bout à l’autre du département pour traiter un dossier agricole en s’appuyant sur ces recommandations qu’il était «…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Tags :
Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article