Politique et Syndicalisme

“Il faut trancher sur les vrais sujets”

Le syndicat a tenu son assemblée générale en tirant un 1er bilan des mois écoulés au sein de la Chambre d’agriculture. Les élus demandent « plus de concret dans les motions votées ».

La Coordination rurale compte 3 élus à la Chambre d’agriculture départementale. L’assemblée générale du syndicat qui s’est tenue vendredi dernier, à Pont-Coblant, a été l’occasion de faire le point sur ces premiers mois de mandature. « Nous ne sommes pas pris au sérieux », déplore Sébastien Abgrall, producteur de légume et nouvel élu. « Il y a un gros décalage entre ce que les agriculteurs attendent pour améliorer leur quotidien et les thématiques abordées en session. J’attendais aussi un message fort auprès des pouvoirs publics ». L’élu finistérien demande aussi moins d’opacité en rendant public les indemnités des élus de la Chambre d’agriculture. « C’est de l’argent public. Tout engagement et travail mérite rémunération, et quand le travail est fait, il n’y a rien de choquant à la divulguer ».

Voir aussi :  Phytosanitaire, recours contre un arrêté municipal

Véronique Le Floc’h, secrétaire de la CR, explique que « les motions votées n’ont rien de précis. On ne peut pas être contre ! », s’insurge-t-elle. « Il faut du concret, avec de vrais sujets sur lesquels il faut trancher ». Ainsi, sur les problématiques occasionnées par les choucas des tours, le syndicat demande que les populations soient réduites, « il y a des choix économiques à faire », lance Véronique Le Floc’h.

Sur ces volatiles qui n’en finissent pas de décimer les cultures, Bruno Demeuré, président de la CR 29, rappelle que les choucas « s’attaquent aussi aux petits oiseaux et diminuent la biodiversité ». Pour lutter contre les percements de bâches d’enrubannage, le Finistérien note « qu’il existe des films répulsifs de ces oiseaux, mais ils coûtent deux fois plus cher ».

« On a besoin de la Chambre d’agriculture, il faut s’y intéresser. Mais il faut avant tout un équilibre des comptes. Les responsables ne sont pas allés assez loin dans la régionalisation : il y a par exemple toujours 4 directeurs ». Sur le projet de construction d’un bâtiment sur le site de Cuzon à Quimper et abritant les Chambres d’agriculture, des Métiers et Quimper Cornouaille Développement, les représentants de la Coordination rurale auraient préféré utiliser d’autres sites existants, « comme celui de Saint-Ségal. Cela aurait coûté moins cher », pense Bruno Demeuré. Pour les représentants du syndicat, l’enjeu des 6 prochaines années sera de « continuer à convaincre ». 

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer