ÉlevageTop

Porc : Plus de fibres pour plus de colostrum ?

Les mécanismes qui influent sur la production de colostrum ne sont pas encore bien connus. L’augmentation de la taille des portées oblige à pousser les recherches.

Le porcelet doit consommer 400 g de colostrum pour augmenter ses chances de survie. Un régime alimentaire mal adapté de la mère, un nombre de porcelets élevé par portée et un poids moyen de naissance faible (< 900 g) ne permettent pas toujours d’atteindre ce niveau minimal. « À moins de 250 g de colostrum, le porcelet risque de mourrir », indique Peter Kappel Thiel, chercheur danois qui a mis en relation le niveau de fibres dans la ration des truies et la production de colostrum. A quel moment l’aliment doit-il être plus riche en fibres ? « Avec un régime enrichi en pulpe de betteraves de l’insémination à 108 jours de gestation, par rapport à un régime standard (soit un taux de fibres presque deux fois supérieur), le gain de poids des porcelets est de 135 g contre 96 g. La production de colostrum est donc supérieure. Une supplémentation dans les derniers jours (par ailleurs bénéfique pour d’autres raisons) n’a pas exactement le même effet sur cette production de colostrum et sur le gain de poids quotidien sans que nous sachions pour l’instant l’expliquer ».

Glandes mammaires

Quand apparaît la production de colostrum ? Des prises de sang et des biopsies dans les artères et dans les glandes mammaires réalisées dans les deniers jours de gestation et pendant la période de production de colostrum montrent que 80 % des lipides et du lactose sont produits après la début de la mise-bas. « L’enrichissement de l’aliment en fibres augmente le stockage de lipides dans les glandes mammaires en fin de gestation. Ensuite, le lien avec la production de colostrum doit encore être étudié »…

Mots-clés

Peut vous intéresser

Lire aussi...
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer