Ce robot a été changé en une journée. Il a été préparé sur une plaque en inox, et a pris le relais de la traite en fin de journée, lors du chantier de montage. La dalle en béton a été sciée à gauche, pour permettre des visites de contrôle. - Illustration Le robot change de couleur dans la journée
Ce robot a été changé en une journée. Il a été préparé sur une plaque en inox, et a pris le relais de la traite en fin de journée, lors du chantier de montage. La dalle en béton a été sciée à gauche, pour permettre des visites de contrôle.

Le robot change de couleur dans la journée

Changer de marque de robot en une journée, un chantier rendu possible par une forte préparation et une bonne coordination des monteurs.

Après 11 années de bons et loyaux services, le robot de traite d’un producteur finistérien devait être changé. Il fait alors appel à la concession GEA gérée par Hervé Huon, à Plouigneau (29). Ce sera une première pour les techniciens de l’entreprise : le robot de traite doit être remplacé dans la journée. Pour ces monteurs, une course contre la montre est lancée le jour du chantier de remplacement : à 9 h du matin, les dernières vaches passent dans l’ancien robot ; à 18 h, l’équipement neuf prend le relais.

[caption id=”attachment_40478″ align=”alignright” width=”246″]Plus compact, le nouveau robot offre à l’éleveur une vue sur les mamelles des laitières. Plus compact, le nouveau robot offre à l’éleveur une vue sur les mamelles des laitières.[/caption]

Une bonne préparation

Cette opération de remplacement d’équipement a été rendue possible grâce aux techniciens qui ont « entièrement préparé le nouveau robot sur une grande plaque en inox. Il a fonctionné une semaine à vide, sur une palette », se souvient Hervé Huon. Une fois l’ancien matériel déposé, un chariot télescopique est venu présenter le nouvel outil de traite en lieu et place du robot précédent. Si rien n’a été modifié dans la maçonnerie existante, hormis une coupure dans la dalle de béton, les tuyauteries de lait et de vide ont été remplacées. « Chacun savait ce qu’il avait à faire. Le compresseur d’air a été changé une semaine après ». À 23 h 30, toutes les vaches étaient repassées dans le nouveau robot, même si certaines laitières ont été quelque peu réticentes à entrer dans la stalle à cause de l’odeur de neuf. Compact, le robot GEA s’est glissé dans l’emplacement dédié à la traite dans le bâtiment. Il donne une bonne visibilité de la mamelle au producteur lors des visites de contrôle.

Moins de lait jeté

Pour l’éleveur, un des critères de choix de ce nouveau robot a été de pouvoir séparer le lait de chaque quartier, le robot GEA disposant de deux cuves et de deux pompes à lait, afin de limiter les pertes de lait, car « il y a moins de lait jeté, quand un quartier est soigné par l’éleveur », explique Hervé Huon. La collecte du lait se réalise rapidement, avec des gobelets capables de nettoyer, de traire et d’appliquer la solution de trempage. Au final, « c’est un gain de temps important ».


Tags : ,
Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article