En bref

Prix abusivement bas : «Ne pleurons pas avant d’avoir mal»

Lors du débat organisé le 11 octobre entre l’Association française des journalistes agricoles (AFJA) pour la remise de son prix annuel et le ministre de l’Agriculture, ce dernier a réagi aux critiques formulées par les syndicats agricoles au sujet de la définition du prix abusivement bas tel que le prévoit le projet d’ordonnance. «Ça commence à bien faire, dans ce pays on pleure avant d’être battu ! Comment peut-on dire cela alors que la concertation n’a pas commencé? Ça revient à venir à un déjeuner et à dire que de toute façon ce ne sera pas bon», s’est exclamé Stéphane Travert. Il a souligné que la définition du prix abusivement bas dans l’ordonnance «est le socle du projet de loi».

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer