CulturesFinistèreTop

Face aux maïs sensibles à la verse, les entrepreneurs montent au créneau

Dans le Nord-Finistère notamment, la verse a ralenti et rendu très compliquée la récolte de certaines parcelles. Les entrepreneurs pointent du doigt certaines variétés.

La période des ensilages vient de s’achever. Mais elle n’a pas été de tout repos, rapportent les entrepreneurs de travaux agricoles. « En effet, une bonne partie des maïs au nord d’une ligne Brest-Morlaix était versée ou couchée d’où d’importants surcoûts liés à un temps de récolte triplé dans certains cas. Or, aucun épisode climatique notable n’a été noté par Météo France type vent fort, inondations… Seul le passage venteux, à 72 km / h, de la nuit du 28 juillet est à signaler, soit un niveau très fréquent en Bretagne », précisent les représentants du syndicat Entrepreneur des territoires (EDT) Bretagne.

De plus, la verse des maïs ne s’observe que dans certaines parcelles. « Pire, elle ne touche parfois que certains rangs de maïs et pas d’autres comme le montrent des vidéos filmées à Lannilis par exemple… Ce qui signifie que la cause est avant tout génétique. Certaines variétés à fort potentiel se révèlent sensibles à la verse », pointent les prestataires de services qui invitent les éleveurs à être vigilants concernant leurs futurs choix de semences. Dans une moindre mesure, d’autres cas similaires ont été constatés dans les zones de Pontivy et Loudéac (56).

Des tarifs d’ensilage orientés à la hausse

Plus largement, les entrepreneurs s’inquiètent de la « vente de semences de maïs à risque » par les coopératives et négoces pour les prochaines campagnes. Celles-ci qui pourraient, dans le meilleur des cas, en conditions de récolte favorables, « alourdir les tarifs de récolte », et dans le pire, suite à de fortes pluies, « la rendre impossible » (produit impropre à la consommation animale). Ils invitent les producteurs à « l’utilisation préférentielle de semences de maïs largement approuvées par des essais officiels (Arvalis) et réclament la révision de la notation « verse » pour les autres. »

Face à un maïs versé, le problème principal est le temps de récolte. « Il a parfois fallu passer deux heures pour récolter un hectare. Cela va se répercuter sur la facture finale », avertissent les responsables d’EDT. Avec un tarif du GNR qui dépasse les 1 € / L TTC (son prix a bondi de 30 % en 18 mois), pour des ensileuses consommant en moyenne 60 L / heure et en rajoutant la hausse des coûts d’achat de la machine et des pièces, « le surcoût va se situer entre 7 et 12 € / ha » sur certaines factures.

LE MAÏS GRAIN AUSSI TOUCHÉ
« Il y a beaucoup de casse sur les machines de récolte, ainsi qu’une usure prématurée. En maïs grain, le bec travaille plus bas, les pointes de bec sont pliées avec le poids des maïs couchés. Dans les parcelles les plus touchés, il reste beaucoup de matières en surface mal broyées, et il faudra avoir recours à un outil à disque ou un rotavator avant de labourer la terre, en vue d’un semis, car la charrue risque de bourrer. En ensilage, nous avons eu la chance d’avoir de bonnes conditions pour récolter, les conséquences auraient pu être dramatiques pour les éleveurs en cas de bruines ou de pluies », fait observer Dominique Pellen, gérant d’une ETA à Plouvorn.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer