Cultures

Le cuivre sera t-il toujours un instrument dans le vent ?

La potentielle restriction de l’utilisation du cuivre suscite des inquiétudes pour la filière maraîchage biologique. L’heure est à la recherche de solutions alternatives.

Les solutions à base de cuivre sont largement répandues en agriculture biologique, de part leur large spectre. Principalement utilisées sur le mildiou du raisin, elles sont aussi très employées pour lutter contre la tavelure et le mildiou de la pomme, et parfois « sur brocoli et sur tomate sous abri », ajoute Maxime Davy, ingénieur au CTIFL, et responsable des cultures de plein champ à la station expérimentale Terre d’essais, à Pleumeur Gautier (22).

La carte de France de l’utilisation du cuivre montre de fortes teneurs dans les vignobles. Elles pourraient aussi « poser problème en Bretagne. Cet élément peut engendrer des effets négatifs sur les auxiliaires ou les cultures, car phytotoxique », a expliqué le chercheur lors d’une intervention à l’assemblée générale du site de recherche.
Comme tous les produits de protection des plantes, le cuivre doit subir une inscription au niveau européen, suivie d’une homologation au niveau de chaque pays. Il est classé comme substance candidate à la substitution : « Il peut donc être interdit si d’autres solutions alternatives arrivent ».

Pas de solution miracle de remplacement

Au 1er janvier dernier, le cuivre devait être ré-approuvé, or cette décision a été reportée d’un an à la demande de la France et de l’Allemagne. Trois possibilités s’ouvrent désormais : « Soit les solutions à base de cuivre ne sont pas ré-approuvées, soit elles sont ré-approuvées sous conditions définies par l’UE (dose à l’année, période d’utilisation, etc.), ce qui serait la meilleure issue. Enfin, l’Europe pourrait laisser la fixation des conditions par les États eux-mêmes, ce qui induirait forcément des distorsions de concurrence ».

Initiés il y a 2 ans, des essais de l’Inra se sont terminés en fin d’année dernière, en concluant « qu’il n’y a pas de solution miracle de remplacement. Il faut combiner des solutions à effet partiel », estime Maxime Davy. Et de citer le recours à de nouvelles formulations, aux outils d’aide à la décision (OAD), au bio-contrôle ou aux bio-stimulants. En 2017, la station Terre d’essais a planché sur différentes formulations de cuivre, ou sur de l’adjuvantation, ainsi que sur la tolérance variétale en pomme de terre. « Six variétés à sensibilité modérée au mildiou ont été testées l’année. La variété Passion s’est montrée moins sensible que Maïwen ».

Irrigation et mildiou

Pour 2018, les travaux vont se tourner vers l’irrigation, en observant les comportements de deux variétés face aux maladies, avec 4 stratégies d’irrigation. « Nous allons comparer le comportement des cultures avec une irrigation au canon, déclenchée soit à l’aube, soit en journée, soit le soir. Un protocole utilisera une irrigation au goutte à goutte ». Les plants seront ensuite notés pour évaluer la solution la moins favorable au mildiou. 

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer