Politique et SyndicalismeTop

Un légumier à la tête des JA 22

Installé en production légumière, Tanguy Rousseau vient d’être nommé président des Jeunes Agriculteurs (JA) après une succession d’éleveurs. À 25 ans, il ne manque pas de convictions. Rencontre.

Tanguy Rousseau, 25 ans, est installé depuis 2016 avec ses parents, Jocelyne et Joseph, à Trélévern (22). Une structure comptant 15 UTH historiquement dédiée à la production légumière : artichauts et choux-fleurs en plein champ, tomates, fraises et multiplication de semences sous abri. En rejoignant l’exploitation, il a créé un nouvel atelier qui compte aujourd’hui 45 vaches allaitantes. Une manière de valoriser ses BEP et Bac Pro orientés lait et porc obtenus au Lycée Pommerit (22) avant une année en BTS Acse à Lesneven (29).

Associer élevage et légumes

« Pendant mes études, je savais que je ferais du légume plus tard… Mais j’ai toujours eu un goût pour l’élevage. Plus jeune, j’allais traire chez mes voisins, présenter un veau au comice, participer aux concours avec les copains. Mon installation a été l’opportunité de nourrir cette passion en reprenant du foncier et des animaux à côté et d’acheter des mères dans le Sud-Ouest », explique le jeune homme, déjà comme un poisson dans l’eau, au milieu de sa stabulation neuve et fonctionnelle. « D’un point de vue agronomique, c’est formidable de mixer cultures et élevage. Cependant, lait et légumes sont difficiles à gérer conjointement en termes de planning de travail. »

Voilà pourquoi la ferme laitière de son oncle qu’il a reprise a été aussitôt ré-orientée vers la viande bovine. « Influencé par un voisin sélectionneur qui m’a donné le virus, j’ai choisi la Blonde d’Aquitaine, la vache allaitante que je trouve la plus élégante. Une race plus coûteuse à finir mais bien valorisée ensuite. »
Surtout le jeune installé ne perd pas le Nord : « Nous n’avons aucune prise sur des facteurs comme la météo ou le marché européen. Ce qui dépend le plus de nous, ce que nous devons le plus maîtriser, c’est la qualité des choux-fleurs et artichauts… Cela passe notamment par la vitalité du sol, les rotations… Quand on plante des choux-fleurs derrière cinq ans de prairie, le résultat est super. Auparavant, nous faisions de l’échange paille – fumier avec des éleveurs, participions à des plans d’épandage et achetions des effluents. Désormais, l’atelier allaitant fournit cette matière organique indispensable. »

L’engagement dans le sang

Parallèlement à son travail sur l’exploitation, l’engagement est viscéral pour Tanguy Rousseau. Après six ans à la tête des Jeunes Agriculteurs du canton de Perros-Tréguier et le succès de l’organisation du salon Terre Attitude (40 000 visiteurs sur le week-end) l’été dernier, il vient d’être nommé président de JA des Côtes d’Armor. Il serait le premier producteur de légumes à enfiler ce costume dans un département où tous les prédécesseurs sont des éleveurs. « La chose principale dans ma tête est que je ne veux pas laisser passer le train de la construction du modèle agricole du futur. J’ai ma carrière devant moi, je veux, au contraire, y participer. »

Outre les missions traditionnelles du réseau concernant le renouvellement des générations, la communication et l’attractivité du métier, le Costarmoricain entend motiver les jeunes à participer au maximum à la vie de leurs organisation. « Dans les conseils d’administrations, il y a peut-être des anciens qui ne laissent pas leur place, mais il existe aussi des postes d’administrateurs stagiaires qu’il ne faut pas hésiter à pourvoir pour apprendre, pas à pas, la responsabilité à leurs côtés. La Bretagne agricole a une histoire dont il faut s’imprégner. » Pour lui, ce doit être un objectif. « En Bretagne, notre métier repose beaucoup sur les systèmes mutualistes. Coopératives, chambre d’agriculture, banques, assurances, MSA… Il doit y avoir des agriculteurs, dont des jeunes, actifs dans toutes les structures ».

Défenseur du système coopératif

Nourri à la sauce UCPT*, Tanguy Rousseau est un fervent partisan du système coopératif. « C’est le cadre le plus intéressant pour les agriculteurs à condition qu’ils gardent la main sur la gouvernance. » Il craint « l’éloignement des décisions et de la base dans les structures qui grandissent » ou « l’orgueil de certains responsables au détriment de l’intérêt collectif qui devrait toujours primer », en n’oubliant pas de pointer du doigt « les paysans eux-mêmes qui se désolidarisent ».

À l’orée de son nouveau mandat, le Trégorrois compte s’appuyer sur la diversité de productions de son exploitation pour avoir un regard ouvert et large. « En travaillant au quotidien avec des salariés, je suis aussi habitué à travailler en équipe. C’est d’ailleurs grâce à eux en qui j’ai pleine confiance que je peux me libérer pour ces responsabilités syndicales. Cette expérience est aussi précieuse pour réfléchir à l’un des défis majeurs que l’agriculture doit relever : le manque de main-d’œuvre et le développement du salariat… »

« Une Bretagne en avance sur l’environnement »
Représentant une nouvelle génération, Tanguy Rousseau fait « un état des lieux très dégradé de la planète ». S’il pense profondément que l’agriculture devra être actrice de la question environnementale du futur, il rappelle combien la Bretagne « présente aujourd’hui, après tant d’efforts, une excellente qualité d’eau des rivières. » Sur la question des baies à algues vertes dans les Côtes d’Armor, il souligne qu’elles sont aussi en aval des deux principaux bassins de population du département. « L’agriculture doit continuer à faire des progrès. C’est certain. Mais c’est dommage que l’État ou les élus locaux ne se remettent pas plus en question en termes d’environnement. » Au vu du reste du monde, il constate que les agriculteurs bretons se battent depuis longtemps pour « des produits de qualité, une traçabilité irréprochable et un meilleur respect de l’environnement ». Il espère surtout « que cette avance prise finira par payer ».

*UCPT : Union des coopératives de Paimpol et de Tréguier

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer