Politique et Syndicalisme

La filière porcine française ne s’en sortira que par le collectif

Alors que la France se fait distancer à l’export et occupe désormais la 6e place européenne derrière la Pologne ; l’Espagne et l’Allemagne, premiers exportateurs européens, affichent un différentiel de prix payés aux éleveurs de, respectivement, + 4 et + 3 centimes/kg de porc vendu par rapport aux français sur les 5 dernières années (de 2012 à 2016).

Communiqué de presse JA/FRSEA du 12 décembre 2017

Phénomène inédit cet été, les éleveurs français ont été largement déconnectés du marché européen :

  • En juin : les éleveurs français étaient payés 17 centimes de moins que les allemands et 12 centimes de moins que les espagnols.
  • En août : ce sont 8 centimes qui manquent aux éleveurs français par rapport aux allemands et 19 centimes par rapport aux espagnols !

Le syndicalisme FRSEA et JA se bat depuis de nombreuses années pour une revalorisation du prix aux producteurs. Depuis longtemps déjà, nous réclamons un renforcement de l’organisation économique des producteurs pour éviter de perdre de la valeur en allant en ordre dispersé face aux acheteurs. Mais rien n’y fait !

Les éleveurs français continuent d’être les dindons de la farce d’une filière porcine où chaque acteur tire la couverture à lui en espérant être le dernier survivant !

Pire, aujourd’hui, ce sont les enseignes de la distribution, les unes après les autres, qui imposent des contraintes supplémentaires aux éleveurs, se cachant soi-disant derrière une demande du consommateur. Ces contraintes se font, bien évidemment, sans rémunération supplémentaire pour l’éleveur qui devra assumer seul le risque financier, sanitaire, social, économique et technique de telles orientations !

C’est inadmissible ! Cela l’est d’autant plus que les groupements de producteurs, soi-disant missionnés pour vendre au mieux les cochons des éleveurs, font la queue devant la porte de ces enseignes pour être référencés ! Les éleveurs ne sont pas contre la « montée en gamme » prônée par le Président de la République, mais celle-ci doit être décidée collectivement via les plans de filières construits par les interprofessions. Seule manière pour les éleveurs de rémunérer leurs efforts à leur juste mesure !

STOP ! FRSEA, JA de Bretagne et des Pays de la Loire dénoncent l’hypocrisie actuelle et appellent l’ensemble des acteurs de la filière porcine à agir collectivement pour respecter le plan de filière que chacun s’apprête à signer.

Dans la guerre de bassins ambiante, la filière porcine française ne s’en sortira que grâce à une ambition collective basée sur le respect de règles de discipline collective, dont le cadre sera défini en interprofession.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer