ÉlevageTop

Une litière en farine de paille

Certains gros broyeurs offrent la possibilité de transformer la paille en farine. Hervé et Isabelle Le Boudec, aviculteurs au Quillio (22) en utilisent depuis plusieurs semaines. Ils constatent une amélioration de la litière, plus souple et plus confortable pour les volailles.

La société Teagle organisait une démonstration de broyage de paille en farine le 19 octobre sur l’exploitation avicole d’Hervé et Isabelle Le Boudec au Quillio (22). Pour l’occasion, ils prêchaient chez des convaincus puisque les aviculteurs utilisent de la farine de paille depuis le mois de juin dans leurs 6 250 m2 de poulaillers en production de dinde et poulet. « Le choix était avant tout économique, la sciure vaut environ 150 €/tonne. Si j’achète de la paille sur le champ à 30 €/t, que je compte une prestation de pressage en big à 30 €/t et que j’ajoute le coût d’une prestation de broyage en farine de paille à 30 €/t j’arrive à un produit fini de 90 €/t soit une économie de 60 €/t », calcule Hervé Le Boudec.

Hervé et Isabelle Le Boudec, aviculteurs à Le Quillio.
Hervé et Isabelle Le Boudec, aviculteurs à Le Quillio.

Gagner en pouvoir absorbant

La notion de confort des animaux est aussi à prendre en compte. Avant la mise en place des animaux, 4 à 5 kg/m2 de farine de paille en poulet et 6 kg/m2 en dinde sont étalés avec un épandeur à fientes modifié sur le sol en terre battue. Le repaillage est fait suivant l’état de la litière. « Lors du dernier lot de poulets sexés, nous avons rajouté de la litière 4 fois avec notre pailleuse avec soufflerie. Cela nous prend moins d’une heure par poulailler, avec la farine de paille le débit est beaucoup plus régulier qu’en paille broyée.

Avec une bonne qualité de litière et un sol en terre battue nous sommes en dessous de 20 % de taux de pododermatites », indique Hervé Le Boudec. Il constate que la farine de paille donne une litière souple et confortable pour les volailles. Un ancien silo à maïs a été recouvert pour stocker la farine de paille. « Lorsque l’ETA se déplace, nous broyons entre 60 à 70 tonnes paille. »

Guillaume Gentilhomme, responsable France pour la marque Teagle, a présenté le broyeur Tomahawk C12. « Cette machine coupe, calibre et défibre la paille pour gagner en pouvoir absorbant. Ici le réglage est à 15 mm, pour un produit destiné aux volailles on se situe entre 10 et 20 mm pour obtenir une litière fine, régulière favorisant le grattage.  »

Le rotor du broyeur équipé de 56 marteaux pèse à lui seul 380 kg et tourne à 2 100 tours par minute. Il faut donc un tracteur d’une puissance comprise entre 200 et 250 chevaux pour l’entraîner. « Plus le tracteur est puissant et moins on perd de tours sur le rotor, ce qui augmente le débit de chantier. » La présentation peut se faire à une seule personne, un boîtier bluetooth est placé dans l’engin qui alimente en paille le broyeur. Ce boîtier permet de choisir le bon programme de régulation pour adapter le débit du broyeur à la puissance du tracteur attelé dessus. Il sert aussi à ralentir le tambour au moment du chargement d’une nouvelle botte de paille.

epandeur-fientes
Hervé Le Boudec a modifié un épandeur à fientes pour pouvoir étaler rapidement et de façon homogène sa litière avant l’arrivée des poussins.

Une prestation de broyage de 0,40 €/m2

Après la démonstration, le broyeur Teagle prenait la direction de Rhône-Alpes. « François Drouhard, spécialisé dans le nettoyage et la désinfection de bâtiments a acheté ce broyeur pour proposer aux éleveurs un service supplémentaire. Il a investi 89 700 € dans ce broyeur équipé avec 6 grilles différentes : 2 spécifiques pour les poulaillers, 2 autres adaptées pour les logettes et les 2 dernières pour calibrer des brins fibreux adaptés aux rations mélangées », décrit Guillaume Gentilhomme.

Pour les éleveurs de volailles l’entreprise Drouhard facture la prestation 0,40 €/m2 de bâtiment à pailler et ajoute 0,70 €/km aller et retour de frais de déplacement. Dans le cas d’un chantier d’au moins 10 tonnes pour faire du stock de farine de paille dédié au rajout de litière, les frais de déplacement sont les mêmes et le coût de la prestation de broyage est de 50 €/tonne.

Pour les bovins aussi
Ce broyeur – prix d’achat : 89 700 € – est équipé de 6 grilles différentes : 2 spécifiques pour les poulaillers, 2 autres adaptées pour les logettes et les 2 dernières pour calibrer des brins fibreux adaptés aux rations mélangées. « Nous sommes capables de descendre à 8 mm pour pailler les logettes », précise le responsable de la démonstration.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer