“Nous sèmerons jusqu’à ce que les mentalités changent”

Mardi 22 août, à Broons, les Jeunes Agriculteurs ont moissonné les parcelles qu’ils avaient implantées en blé en novembre dernier. - Illustration “Nous sèmerons jusqu’à ce que les mentalités changent”
Mardi 22 août, à Broons, les Jeunes Agriculteurs ont moissonné les parcelles qu’ils avaient implantées en blé en novembre dernier.

Les Jeunes Agriculteurs ont moissonné les parcelles semées lors de la semaine du foncier en novembre. L’occasion de revenir sur l’enjeu de la préservation des terres agricoles. En novembre dernier, « dans le cadre de la semaine du foncier », deux groupes locaux d’adhérents aux Jeunes Agriculteurs des Côtes d’Armor avaient décidé de mener une opération de semis de terres accaparées par des projets de zones artisanales. 3,6 ha du Parc d’activités du Chalet à Broons (près de l’Intermarché et de l’échangeur) et 1,5 ha dans la zone de la Tourelle 2 à Lamballe ont été emblavés en blé. Entretenu aux frais des contribuables Cette action de remettre en culture des surfaces inutilisées se répète chaque année désormais pour « sensibiliser les élus à la préservation des terres agricoles ». L’idée est de rappeler non seulement que « ces projets d’urbanisation partiellement entamés, parfois à l’arrêt, privent les agriculteurs de foncier exploitable, mais qu’en plus ils coûtent à la collectivité puisqu’ils doivent être régulièrement entretenus par les services des intercommunalités », expliquent les représentants des groupements JA de Caulnes et Broons à l’initiative du premier semis. « Ici, cela fait une dizaine d’années que le développement de la zone végète. Voir de telles surfaces non utilisées, cela interpelle. C’est même choquant… » « Du gâchis » Mardi 22 et mercredi 23 août, les syndicalistes se sont retrouvés sur zone pour moissonner. « Nos semis ne plaisent pas à tout le monde, c’est certain. Mais c’est une bonne manière de montrer que toute cette terre agricole perdue a quand même de la valeur », martèle Damien Blanchard, président des JA 22. Les élus n’apprécient pas toujours les manières des jeunes qui appuient là où cela fait mal en semant. « Mais ils sont incapables de nous dire quand les terrains seront occupés. Et l’argument que le blé dans les parcelles rend le site…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Tags : ,
Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article