Les JA s’interrogent sur les coopératives

b9028.hr - Illustration Les JA s’interrogent sur les coopératives
Tristan Delisle et Jérémy Labbé, respectivement secrétaire général et président de JA 22.

À l’occasion de l’assemblée générale du syndicat, les membres de JA 22 ont débattu à bâtons rompus sur le rôle, le fonctionnement, les forces et les faiblesses des coopératives aujourd’hui.  « Les volumes de production vont-ils perdurer en Bretagne ? », interrogeait Jérémy Labbé, président des Jeunes Agriculteurs des Côtes d’Armor, considérant l’échec de la loi Égalim à assurer « du prix » aux agriculteurs et le déséquilibre flagrant entre les nombres d’installations et de départs en retraite en agriculture aujourd’hui. « Le consommateur doit comprendre que son alimentation a un coût, que notre travail a une valeur », a-t-il martelé, jeudi 24 juin, lors de l’assemblée générale du syndicat à Plérin. À cette occasion, les participants, installés par table de six, ont été invités à réfléchir au lien entre coopératives et agriculteurs afin d’alimenter ensuite le débat. Pour lancer la soirée, les jeunes producteurs de lait Florian Gaultier et Thomas André ont présenté leur note d’orientation. Revenant sur la définition, l’histoire et l’apport du développement des coopératives : « Bâties sur des valeurs d’entraide et de solidarité, elles ne sont pas délocalisables et servent les territoires. » Interrogeant ensuite sur le rôle et l’efficacité du système coopératif aujourd’hui. « Elles ont structuré les filières. Mais se sont aussi structurées en interne… » Invité comme témoin, par visioconférence, Pierre Meyer, administrateur à JA national, a notamment pointé le manque de jeunes dans les conseils d’administration de ces coopératives qui ont souvent fortement grandi.      Des coopérateurs trop consommateurs « N’oublions pas que ce sont les coopérateurs qui façonnent leur structure », a expliqué Thomas Couëpel, président du Gouessant. « Je constate et regrette que certains coopérateurs soient devenus des consommateurs. » Au cours des échanges, dans l’assemblée, on s’est notamment demandé si « l’objectif collectif des coopératives était encore compatible avec un individualisme grandissant » dans le monde agricole comme dans la société. À la tribune, Jean-François Appriou, administrateur…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Tags :
Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article