Cultures

Surveiller les pucerons des épis

Le maintien des pucerons sur les plantes lors d’un hiver doux leur permet de former des individus ailés dès le début du printemps pour coloniser les cultures. Sitobion avenae peut ainsi coloniser avant l’épiaison les feuilles des blés en cohabitation avec deux autres espèces de pucerons, Rhopalosiphum padi et surtout Metopolophium dirhodum. Ce dernier reste le plus fréquemment sur les feuilles. « La nuisibilité des pucerons sur feuilles n’a pas été démontrée. Et la colonisation du feuillage semble indépendante de celle des épis », rappelle Arvalis-institut du végétal.

Mais Sitobion avenae occasionne des dégâts par ses piqûres : avortements, poids de grain affecté… La chute de rendement peut atteindre 30 q/ha. À défaut de pouvoir prédire le risque de pullulation avec certitude, l’observation des parcelles reste la meilleure solution. Le seuil de traitement, au-delà duquel un développement rapide des pucerons peut engendrer des dégâts, a été défini simplement en comptant le nombre d’épis portant des pucerons. Un traitement insecticide est conseillé lorsqu’un épi sur deux est colonisé par au moins un puceron entre l’épiaison et le stade « grain pâteux ».

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer