Élevage

Il vaccine les porcs sans aiguilles

À la tête d’un élevage de 615 truies, Jean-Yves Boutoux a choisi la vaccination intradermique sans aiguilles pour ses truies et porcelets. Il juge la technique plus confortable et plus sûre.
Jean-Yves Boutoux, éleveur à Tressignaux.
Jean-Yves Boutoux, éleveur à Tressignaux.

Avant l’adoption de la vaccination intradermique en 2014, les truies de l’élevage de Keraziou étaient vaccinées en intra-musculaire, avec prolongateur. Un changement d’aiguilles était effectué à chaque animal.
Désormais, les truies sont vaccinées en Blitz (SDRP) avec un appareil Idal, sans aiguilles. « Les gestantes, logées en Dac dynamique, sont sélectionnées sur listing et triées par l’automate pour les diriger vers le parc de tri. Il faut compter 30 secondes par truie, en moyenne. Avec l’ancienne technique, il fallait 3 minutes par truie », indique Jean-Yves Boutoux, intervenant à une journée technique organisée par MSD Santé animale.

Le gain de temps est appréciable ; l’opération est plus confortable pour les éleveurs et moins traumatisante pour les animaux. Les truies se laissent facilement approcher, selon l’éleveur, qui les apprivoise, en quarantaine, en leur donnant du jus de pomme. « C’est également plus sécurisant au niveau sanitaire. Avec un peu d’habitude, il n’y a quasiment pas de rejet de produit ».

Ergonomie

Les 1 050 porcelets de chaque bande (conduite en 7 bandes ; sevrage à 28 jours) sont également vaccinés toutes les trois semaines contre le mycoplasme (mono-injection). Chaque case est sortie dans le couloir, puis bloquée grâce à un panneau mis en place sur une glissière. La vaccination et le marquage se font au sol (pas de chariot de relevage), par une seule personne. La vaccination est répartie sur deux jours ; elle dure moins de 4 heures au total (45 minutes pour une salle de 200 porcs). « Le nouveau procédé a permis de libérer une personne ».

L’éleveur loue également l’ergonomie de l’appareil : bonne intégration des flacons de vaccins à l’injecteur, facilité de prise en main, affichage de données sur l’écran, recharge aisée des batteries. Le lavage est facile : rinçage avec des produits adaptés et nettoyage avec des lingettes désinfectantes. « L’injecteur a su se rendre indispensable sur l’élevage. Il est toujours en état de fonctionnement. Je n’ai jamais été embêté ». L’appareil est loué, sous contrat, avec révisions régulières.

Dans le sens du bien-être des éleveurs et des animaux
Des tests réalisés en Allemagne (présentés par le Dr Kerstin Fiebig, MSD Santé animale), dans un élevage de 240 truies, sur des bandes de porcelets en maternité, mettent en évidence un changement de comportement des animaux en fonction du mode de vaccination : intradermique sans aiguilles ou classique, en intramusculaire. Aucune différence de température corporelle n’est constatée entre les deux lots. Par contre, le temps de repos des animaux vaccinés en intramusculaire est supérieur et le temps de tétée est moindre dans les deux jours suivant la vaccination. La durée de vaccination est inférieure de 30 % avec l’injecteur sans aiguille.

En Espagne, des tests similaires (présentés par le Dr Marta Jimenez, MSD Santé animale) ont été réalisés sur des truies. Des analyses de sang et de salive mettent en évidence une augmentation des substances de réponse au stress dans le cas des vaccinations classiques avec aiguilles. L’étude du comportement des animaux montre une quasi-absence de cris et de fuites dans le cas des vaccinations intra-dermique sans aiguilles. L’observation du point d’impact ne montre aucune marque 4 semaines après la vaccination (sans aiguilles) ; en intramusculaire, 26 % des animaux présentent toujours une légère inflammation voire un abcès.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer