ÉlevageIlle-et-VilaineMachinisme et équipements

Le toastage des graines testé à Mont-Dol

La cuisson des protéagineux permet d’améliorer la valorisation des protéines par les ruminants. Protéa Thermic propose cette prestation à la ferme.

À l’initiative de 4 élèves en BTS Acse du lycée Les Vergers (dans le cadre d’un Projet d’initiative et de communication), le toaster de graines proposé par Protéa Thermic était en démonstration mercredi 25 janvier sur l’EARL Glémot, à Mont-Dol. « Nous avons accepté de toaster une partie de nos graines de féverole : 5 tonnes. Elles seront utilisées dans la ration des vaches laitières (à 31 L) avec l’ensilage de maïs et l’ensilage d’herbe. Nous allons voir de combien nous pouvons réduire le soja… », expliquent Jean-Louis et Béatrice Glémot, les deux associés de l’EARL.

Les producteurs font pousser de la féverole depuis une quinzaine d’années. « Elle occupe aujourd’hui environ 10 ha. Les graines sont broyées à la récolte et stockées en silo comme du maïs humide. »

Augmenter la valeur en PDIE

L’intérêt du toastage est d’augmenter la valeur en PDIE des graines dont les protéines sont au naturel fortement dégradées dans le rumen. « La cuisson protège les protéines qui seront assimilées moins rapidement », explique Benoît Réalland, nutritionniste du cabinet BDM, qui intervient sur l’élevage.

Performance économique dans une rotation
Côté économique, les protéagineux peuvent avoir un intérêt par rapport aux autres cultures de vente comme le maïs grain et les céréales à paille. « Un pois protéagineux à 60 q/ha, payé 200 €/t, avec une prime de 150 €/ha (prévisions 2016) affiche une marge brute indirecte de 861 €/ha. Cette marge tient compte des gains de rendements pour le blé suivant (+ 4 q), de l’économie d’azote (- 30 u) et du coût de la Cipan (+ 40 €/ha) », chiffre Sébastien Grey. Avec un blé à 90 q/ha payé 140 €/t, en incluant la vente de paille (250 €/ha), la marge brute indirecte est de 777 €/ha. Elle descend à 497 €/ha pour un blé à 70 q. Le colza peut aussi être intéressant sur le plan économique. Avec un rendement de 38 q/ha et un prix de 350 €/t (sans prime protéagineux), la marge brute indirecte monte à 1 047 €/ha.

Meilleure conservation

« En réduisant l’humidité, la cuisson permet par ailleurs une conservation plus facile des graines. Elle détruit les impuretés, les insectes, les mycotoxines… », ajoute Joël Guégan, dirigeant de Protéa Thermic. Dans le toaster, l’air chauffé par un brûleur au fioul arrive sous la grille à 280 °C. Les graines, en mouvement continu au-dessus de la grille, sont cuites de manière homogène, sans être carbonisées. Elles ressortent à 100 °C et reviennent doucement à température ambiante.

« Le débit du toaster est de 4 t/heure environ, si le chantier est bien approvisionné. La prestation est facturée 200 €/heure. » Après une année 2016 de mise en route, le service sera opérationnel sur tout l’Ouest dans la foulée des récoltes cette année. « Nous pouvons traiter de la féverole, du lupin, du pois, du soja, mais aussi des céréales (pour une cuisson de l’amidon). »

Plus d’autonomie

Les protéagineux dans leur ensemble ont leur place en Bretagne, sauf le pois d’hiver qui serait très risqué. Outre la baisse de la dépendance aux protéines extérieures, les protéagineux ont un intérêt dans la rotation, pour la baisse des intrants. Ils bénéficient par ailleurs d’aides couplées et rentrent dans les Surfaces d’intérêt écologique (SIE) de la Pac. Attention toutefois au choix des parcelles car le rendement est variable en fonction du stress hydrique à la floraison. Et les possibilités pour la gestion des adventices sont limitées. Le temps de travail est aussi à prendre en compte. Sébastien Grey, agronome au Groupe d’Aucy

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer